Full text: Ça ira (3 = 1920, juin)

72 
ÇA IRA ! 
les fils téléphoniques, intercepta les 
messages télégraphiques et parsema la 
mer de canots imperméables. L’ennemi 
était en nombre, car un contingent russe 
lui avait annoncé sa collaboration. Il ne 
s’en inquiéta pas, attendant un renfort 
considérable que lui envoyait la répu 
blique pan-chinoise. Les journaux foi 
sonnaient de nouvelles contradictoires. 
Les nerfs étaient tendus, et des suicides 
sensationnels déroutaient les services 
de l’Etat-Civil. La guerre devint inévi 
table et un massacre indescriptible 
s’annonça. 
Au début de l’assaut, le gosse pro 
clama à ses troupes : 
Camarades ! Frères ! Peuples ! 
Vous avez la tâche noble d’empêcher 
l’autocratie des blancs ! Vous témoigne 
rez, dans cette lutte difficile, de votre 
audace vraiment jaune ! 
La révolution, qui consacrera votre 
idéal et assurera la paix aux hommes 
de bonne volonté, sera votre œuvre et 
votre triomphe !! 
Je vous donne mon cœur et mon 
appui H! 
Pendant cette période tragique, un 
certain Wilson rédigeait des discours 
évangéliques et suppliait le monde de se 
taire. Mais Monsieur de Hohenzollern 
ne l’écoutait pas, et s’acharnait à tailler 
des fagots dans le calme d’un paysage 
hollandais. 
Le bilan du combat fut triste. Les 
fabriques de cercueils ne cessaient de 
produire, et les maîtres d’école, pédants 
et maniaques, déclamaient à leurs élèves 
les sacrifices glorieux et les trépas 
héroïques des obscurs soldats. L’huma 
nité pensait que la Justice, le Droit, la 
Liberté, la Beauté, l’Amour supprime 
raient les querelles de partis, et d’aucuns 
créaient une “ internationale des répu 
bliques fédératives „. 
De sa tombe, Galilée répétait : E pur 
si muove ! La lumière succédait à la 
nuit et l’éternelle métamorphose des 
saisons persistait à hanter les sociétés 
savantes. 
Le gosse vainquit. 
Une joie anéantit sa mélancolie. Il 
conçut une législation spéciale et se 
retira dans la Maison Blanche, qui est, 
dit-on, un lieu d’impartiale autorité. 
Entretemps, les chinois fermaient les 
banques et se partageaient les milliards 
de Crésus. Celui-ci les injuria, et fut 
abandonné, dans la cave d’une prison, 
à ses méditations sur “ l’Avenir des 
fortunes incommensurables sous un 
gouvernement soviétiste. „ Un mémoire, 
qu’il rédigea en ce sens, ne vit jamais 
les réverbères des Champs-Elysées. De 
chagrin, il légua sa vie aux prolétaires. 
Les hautes fonctions qu’occupait le 
gosse suscitèrent naturellement la jalou 
sie des envieux. L’un d’eux, le très 
honorable Chewing-gom, mandarin du 
centième ordre, chevalier de plusieurs 
dignités, docteur honoris causa des 
universités patagonaises, ministre pléni 
potentiaire du président de la république 
luluaïtaise, se proposa un coup d’état et 
réussit à gagner les sympathies des 
mécontents. Un brouhaha intense en 
résulta, et le gosse promit mille roubles 
au policier qui lui apporterait, sur un
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.