Full text: Ça ira (3 = 1920, juin)

belle-mère, une paysanne bretonne, un avocat 
de province, un marchand forain, un ancien 
ténor devenu fou, un snob, un apache, un 
cragot, unsocialo, une dame journaliste et une 
dame professeur, un acteur en tournée, un 
empereur romain, un vieux marin ; tous se 
succèdent, et une phrase, souvent, suffit à 
indiquer les défauts ou la nature de chacun. 
Car Max Jacob est essentiellement humoriste. 
Les portraits n'ont qu’une apparence de réa 
lisme ; il cherche le ridicule et le corse à plaisir. 
Il étudie son prochain ; l’analyse en est claire, 
mais son livre est surtout très amusant. 
W.K. 
* 
* * 
L’Horizon débridé (Editions de la Con 
naissance, Paris.) 
Ce que l’auteur (anonyme sans pour cela 
être bien méchant) nous présente sous ce titre, 
c’est toute une série de petites pièces qui pos 
sèdent le mérite d’être courtes. 
L’auteur les appelle des “ Synthèses propres 
à contribuer à l’histoire littéraire du temps ”. 
Je le veux bien. Ce sont des interviews imagi 
naires cueillies chez les écrivains en renom, 
mais il arrive assez souvent que le trait synthé 
tique d’un écrivain est celui qui frise davantage 
la caricature. 
Anat. France, Claudel, Suarès sont repré 
sentés dans des raccourcis assez amusants. 
Bref un livre qui me fait songer aux Camées 
Parisiens de Banville mais qui, je crois, sou 
tiendrait difficilement la comparaison. P.N. 
Quelques Peintres de Provence 
Mathieu Verdilhan. — Mathieu Verdilhan 
est le maître des jeunes de là-bas. Ses toiles, 
rudes, pleines de la couleur violente et de la 
lumière du midi, ne sont pas toujours de simples 
paysages. Ce sont de fortes études, peintes 
plus avec l’âme qu’avec la main. 
J’ai eu la bonne fortune d’avoir pu admirer 
son exposition (Galerie Olive) à Marseille. 
Verdilhan aime le coloris intense, les décors 
grandioses de Provence : Les roches, la mer, 
et surtout le Vieux-Port de Marseille, où est 
situé son atelier. 
Quelques traits piquants, qu’on raconte de 
lui, dépeignent l’homme, l’artiste. Quand 
Verdilhan entra à l’académie de peinture, on 
lui demanda ce qu’il savait faire. “ Tout ! „ 
répondit-il. Après avoir passé d’une classe 
daqs l’autre, lassé, dégoûté, Verdilhan s’enten 
dit dire par son nouveau professeur, cette 
phrase qui l’avait souffleté plusieurs fois déjà 
depuis son entrée à l’école de peinture : Vous 
peignez comme un pied ! „ Outré, il s’élança 
sur le professeur, et, c’est à grand peine qu’on 
put les séparer ! 
Lorsque Puvis de Chavannes vint donner 
une conférence à Marseille, sur l'art moderne, 
le public marseillais, très monté contre les 
“ précurseurs „ — et qui n'a pas changé 
depuis — siffla et hua l’orateur. Verdilhan 
était présent à cette conférence. A coups de 
coude il se fraya un passage dans la foule, se 
précipita aux côtés de Puvis de Chavannes, et 
commença un discours virulent, dans lequel il 
traita les marseillais, ébahis, de muffies, d’em 
potés, etc. 
Verdilhan aime à peindre de grandes toiles. 
Ses natures-mortes même, sont de dimensions 
respectables. 
Parfois, les promeneurs voient s’avancer a 11 
loin, sur les roches, une toile sautillante. Il s se 
disent : “ voilà un futur tableau de Verdilhan !,, 
De taille très petite, l’artiste est obligé de 
mettre ses toiles à terre, pour peindre !... 
Verdilhan, un homme extraordinaire, un 
artiste probe, un maître. 
Louis Audibert. n peintre possédant 
une palette aux tons délicieux et raffinés.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.