Full text: Ça ira (3 = 1920, juin)

René Arcos. 
1916. 
Je vois là-bas sur les estrades 
L’envolement des redingotes ; 
“ Tendez votre échine aux fouets de Ramsès, 
Nous bâtirons les pyramides. 
“ Laissez-nous serrer plus fort vos bâillons ; 
Et tordez le fer de vos propres chaînes. 
“ Donnez-nous encor l’enfant de seize ans, 
La chair du malade et celle des femmes. 
“ Que tout soit pour le cimetière ! 
Ce sera la dernière guerre. „ 
Encore un verre, dit l’ivrogne, 
Et je jure de ne plus boire. 
J’entends là-bas dans les bureaux 
Les vieillards à la peau froide : 
“ Multipliez et croissez 
Pour les armées de l’avenir. „ 
L'univers dure comme un hymne ; 
Et de la corne d’abondance 
Le fleuve altier des mondes fauves 
Roule sous on ne sait quelle arche 
Vers je ne sais quel océan. 
Et nous sur la terre, 
Un cantique aux lèvres, 
Nous pouvions aller, 
Déroulant sans hâte 
Notre vie, ainsi 
Qu’une longue pièce 
De cretonne peinte. 
Nous pouvions aller... 
Nous avons préféré l’injure, 
La loi de Caïn 
Et la. fin rapide 
Au choc des express.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.