Full text: Ça ira (5 = 1920, août)

ÇA IRA! 
131 
NOTULES 
Les Éperons cfor 
“ Ça Ira „ a dédaigné jusqu’ici de 
s’immiscer dans la politique locale. Au 
jourd’hui nous nous faisons cependant 
un devoir de joindre notre protestation 
à celle de tous les Flamands sincères 
contre les mesures d’oppression prises 
par les autorités communales d’Anvers 
lors de la manifestation du 11 juillet. 
Nous le faisons parce qu’il s’agit ici 
d’une question de principe et qu’il est 
intolérable à tout esprit libre de voir 
une petite secte de fransquillons auto 
crates employer la force pour empêcher 
le peuple flamand de manifester ses 
Opinions. Iniquité d’autant plus grande 
du’il n’y avait aucune raison pour inter 
dire le cortège flamingant après avoir 
toléré la manifestation socialiste du 
1 er mai et l’inepté protestation du 13 
juin contre le retour des “ boches „. Le 
calme avec lequel les choses se sont 
passées à Borgerhout a suffisamment 
prouvé que des troubles n’étaient pas à 
craindre et que c’est uniquement l’inter 
diction vexatoire du bourgmestre et de 
ses acolytes qui a provoqué les sanglants 
événements de ce dimanche de juillet. 
Ce sont eux qui doivent être rendus 
responsables de la mort de Herman 
van den Reeck, un de nos amis de la 
première heure, destiné à jouer un rôle 
important dans le mouvement interna 
tionaliste belge. Il était secrétaire pour 
le pays flamand de l’Internationale 
Antimilitariste et c’est un des meilleurs 
d’entre nous qui disparaît, assassiné par 
la réaction. Çâ Ira ! 
Les Livres 
Le retour des hommes, par Luc Durtain 
(Edition de la Nouvelle Revue Française, 
Paris, 1920). 
Luc Durtain est un isolé. Il est modeste et 
fier, décisif dans son art, presque un enfant 
très précoce dans sa vision des choses. Loin 
de la foule.... 
....vert-bleu qui avance, 
La foule à droite, la foule à gauche, 
La foule au milieu, et devant ; 
loin des groupes où les plus indépendants 
finissent par adopter un mot d’ordre, s'ils ne se 
révoltent ; conscient da son rôle, avec simpli 
cité. Durtain est un beau poète. “Le retour des 
hommes „ est un geste défini, qu’on aime ou 
qu'on n’aime pas. C’est une œuvre où l’origi 
nalité naît de la personnalité, et où la person 
nalité naît de la vérité. 
Le poète s’insurge contre l’hypocrisie, contre 
le brillant qui n’est pas toujours or. Il cherche 
la paix dans son âme largement ouverte au vent, 
à la nature, à l’amour, car il est l’homme.... 
....qui rentre chez lui, lentement, 
Traînant la mémoire du frère tué, 
De la femme partie, et deux jambes 
Plus vieilles que lui.... 
Son regard a une curiosité triste. On dirait 
un grand blessé qui guérit et sourit ; mais le 
sourire est tragique, parce qu’il est la vie qui a 
frôlé la mort. La joie du retour serait parfaite, 
si la hantise du carnage ne la troublait. L’image 
delà guerre est obsédante. L’homme..,. 
....qui songe, étendu, 
Croit revoir, dépassant de terre, 
Parfois des bras, parfois des pieds. 
C’était commode pour accrocher 
La capote ou la.cartouchière, 
(Quoi ? Il fallait bien rester là).
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.