Full text: Intervention surréaliste (1)

17 
ANDRÉ BRETON 
» 
A la pointe de la découverte, de l’instant où pour les premiers naviga 
teurs une nouvelle terre fut en vue à celui où ils mirent le pied sur la côte, 
de l’instant où tel savant put se convaincre qu’il venait d’être témoin d’un 
phénomène jusqu’à lui inconnu à celui où il commença à mesurer la portée 
de son observation, tout sentiment de durée aboli dans l’enivrement de la 
chance, un très fin pinceau de feu dégage ou parfait comme rien autre le 
sens de la vie. C’est à la recréation de cet état particulier de l’esprit que le 
surréalisme a toujours aspiré, dédaignant en dernière analyse la proie et 
l’ombre pour ce qui n’est déjà plus l’ombre et n’est pas encore la proie : 
l’ombre et la proie fondues dans un éclair unique. Il s’agit de ne pas, der 
rière soi, laisser s’embroussailler -*les chemins du désir. Rien n’en garde 
moins, dans l’art, dans les sciences, que cette volonté d’applications, de 
butin, de récolte. Foin de toute captivité, l'ût-ce aux ordres de l’utilité uni 
verselle, fût-ce dans les jardins de pierres précieuses de Montezuma! Au 
jourd’hui encore je n’attends rien que de ma 
seule 
disponibilité, que de 
cette soif d’errer à la rencontre de tout, dont je m’assure qu’elle me main 
tient en communication mystérieuse avec les autres êtres disponibles, comme 
si nous étions appelés à nous réunir soudain. J’aimerais que ma vie ne lais 
sât après elle d’autre murmure que celui d’une chanson de guetteur, d’une 
chanson pour tromper l’attente. Indépendamment de ce qui arrive, n’arrive 
pas, c’est l’attente qui est magnifique. 
J'en avais passablement devisé la veille et F avant-veille avec mon ami 
Alberto Giacometli, dont la sensibilité est à mes yeux sans égale, quand un 
beau samedi du mois dernier nous invita à porter nos pas vers Saint-Ouen 
où se tient le « marché aux puces » dont il a déjà été question dans Nacljti 
(tant pis pour cette répétition de décor, qu’excuse la transformation pro 
fonde, constante, du lieu). Giacometti travaillait à cette époque à la cons 
truction du personnage féminin qu’on trouvera reproduit ci-contre et ce 
personnage, bien qu'il lui fût apparu d’un seul coup quelque temps aupa 
ravant et eût pris forme dans le plâtre en quelques heures, était sujet en se 
réalisant à certaines variations. Alors que le geste des mains et l’appui des 
jambes sur la planchette visiblement n'avaient jamais donné lieu à la moin 
dre hésitation, que les yeux, le droit figuré par une roue intacte, le gauche 
par une roue brisée, subsistaient sans modification à travers les états suc 
cessifs de la figure, la longueur des bras, d’où dépendait le rapport des 
mains avec les seins, la coupe du visage n’étaient nullement arrêtées. Je 
n’avais pas cessé de m’intéresser au progrès de cette statue qui, d’emblée,
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.