Full text: Intervention surréaliste (1)

21 
de circonstanciés particulières, se .trouve associé. Je dis que ce désir plus 
ou moins conscient — dans le cas précédent la hâte de voir apparaître la 
statue toute entière telle qu’elle doit être — n’entraîne de trouvaille à deux, 
sans doute à davantage, qu’autant qu’il est axé sur clés préoccupations com 
munes typiques. Je serais tenté de dire que les deux individus qui mar 
chent l’un près de l’autre constituent une seule machine à influence amor 
cée. La trouvaille me paraît équilibrer tout à coup deux niveaux de 
réflexion très différents, à la façon de ces brusques condensations atmos 
phériques dont l’effet est de rendre conductrices des régions qui ne l’étaien! 
point et de produire les éclairs. 
Quelques mois plus tôt, poussé par un fragment de phrase de réveil : 
« le cendrier Cendrillon » et la tentation qui me possède depuis longtemps 
de mettre en circulation des objets oniriques et para-oniriques, j’avais prié 
Giacometti de modeler pour moi, en n’écoutant que son caprice, une petite 
pantoufle qui fût en principe la pantoufle perdue de Cendrillon. Cette 
pantoufle je me proposais de la faire couler en verre et même, si je me 
souviens bien, en verre gris, puis de m’en servir comme cendrier. En dépit 
des rappels fréquents que je lui fis de sa promesse, Giacometti oublia sur 
ce point de me donner satisfaction. Le manque éprouvé réellement à plu- 
sieurs reprises, de cet objet, m’inclinait chaque fois à une assez longue 
rêverie, dont je crois dans incn enfance retrouver trace à ce même propos. 
Je m’impatientais de ne pouvoir imaginer concrètement cet objet, sur la 
substance duquel plane d’ailleurs par surcroît l’équivoque euphonique du 
mot « vair ». Le jour de notre promenade, il n’en était plus question entre 
Giacometti et moi depuis longtemps. 
C’est rentré chez moi qu’ayant posé la cuiller sur un .meuble je vis 
tout à coup s’en emparer toutes les puissances associatives et interprétatives 
qui étaient demeurées dans l’inaction alors que je la portais. Sous mes 
yeux il était clair qu’elle changeait. De profil, à une certaine hauteur, le 
petit soulier de bois issu de son manche 
aidant — 
— la courbure de ce dernier 
prenait figure de talon et le tout la silhouette d’une pantoufle 
à la pointe relevée comme celle des danseuses. Cendrillon revenait bien, 
ou ha/1! La longueur réelle de la cuiller ce tout à l’heure n’avait plus rien 
de fixe, ne pouvait présenter aucun caractère contrariant, elle tendait vers 
1 infini aussi bien dans le sens de la grandeur que dans celui de la petitesse: 
I 
c’est qu’en effet le petit soulier-talcn présidait à l’enchantement, qu’en lui 
logeait le îessort même de la stércclypie (le talon de ce soulier-talon eu! 
pu être un soulier, dont le talon lui-même... et ainsi de suite). Le bois 
d’abord ingrat acquérait par là la transparence du verre. Dès lors la pan 
toufle au talon-soulier 
qui se multipliait pienait sur l’étagère un vague 
air de se déplacer par .ses propres moyens. Ce déplacement devenait syn 
chrone de celui de la citrouille-carrosse du conte. Plus loin encore la cuiller 
de bois s’éolairait, d’ailleurs, en tant que telle. Elle prenait la valeur 
ardente d’un des ustensiles de cuisine qu’avait dû manipuler Cendrillon 
avant 
métamorph 
Ainsi ,se trouvait spécifié concrètement un des
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.