Full text: Intervention surréaliste (1)

23 
jour eussent été capables de (remplir le même rôle. 
J 
e consacrai une 
partie de l'après-midi d'hier à relever isur les documents en ma possession, 
• * • 
les phrases ,qu’on trouvera .plus loin sous le titre : « Le dialogue <en 1934 ». 
D<ans l’impossibilité matérielle où j'étais de les retenir toutes, .force lire 
fut, évidemment, de préférer celles-ci à celles-là. Malgré mon effort d’objec 
tivité, je n'oserai,'s prétendre avoir extrait le .meilleur, ni le plus signifi 
catif. Une conversation, le soir même, avec Giacometti, put en effet me 
donner /à pensfcr que tout ce .qui avait jété omis ne l’avait pas été pour (les 
raisons de qualité très valables. Revenant avec lui sur un des passages de 
ce .qui précède, à savoir incapacité gù j’étais, par (suite du maintien de la 
censure, de justifier pleinement la .nécessité pour moi, à ce moment, de 
% 
la cuiller, je me souvins brusquement qu'une des (définitions écartées par 
moi l’après-midi (comme trop compliquée, 
facilement pittoresque, 
me semblait-il) énumérait des éléments de nature, à première vue, disparate: 
— des coloquintes « monstres » 
des cuillers 
et même de grandes cuillers 
• A 
de l’énigme s’illuminaient : le choix du verre gris comme matière 
c * O 
et quelque chose sur quoi la mémoire me faisait défaut. Les seuls éléments 
connus dont il s’agit pouvaient suffire à me faire penser que je me trouvais 
en présence d une figuration symbolique de l’appareil sexuel de l’homme, 
dans laquelle la cuiller tenait la place du pénio. Le recours au manuscrit, 
en vue de combler la lacune qui restait, nr’ôta toute .espèce de douto à cet 
égard : « Qu" est-ce que l’automatisrrie? — Ce ^ont de grandes cuillers, dé;s 
coloquintes monstres, des lustres de bulles de .savon. » »On voit qu’à travers 
À T* , ^ 
la persistance de l’idée délirante de grandeur, le sperme était ce qui avait 
tenté de se déiober le plus longtemps à pua reconnaissance.) Il devenait 
clair, ^dans cefe conditions, que tout le mouvement de mes réflexions anté 
rieures avait eu pour point de départ l’égalité subjective: pantoufle = cuil 
ler = pénis = moule parfait de ce pénis. Du coup plusieurs autites données 
dan ? 
laquelle pouvait être conçue électivement la pantoufle s’expliquait par le 
désir de concilier les deux substances très distinctes que sont le verre (pro 
posé par (Perrault) et le vair, sen homophonie, dont la substitution au 
premier rend compte d’une correction d’ 
remédié, par là, à la propriété du verre d’être cassant et il est créé urne 
ambiguité supplémentaire favorable à la thèse qu>3 je défends ici. Il est à 
remarquer, d’ailleurs, que la fourrure de vair, lorsqu’elle n’était constituée 
que de dos d’écureuils, prenait le nom e?3 dos de gris, Ce qui ne va pas sans 
que, pour l’aînée de sels sœuib, l’héroïne (de Perrault s’appelait 
Cucendron). 
w • • * • 
Je ne saurais trop insister sur le fait que la pantoufle de Cendrillon est 
<e qui prend, par excellence, (dans notre folklore la signification de Vobjel 
j.erdu, de sorte qu'à me reporter au moment où j'ai conçu le *désir de sa 
réalisation artistique et de (sa possession, je n’ai aucune peine à comprendre 
quelle (Symbolisait pour moi une femme unique, inconnue, magnifiée et 
dramatisée par le sentiment de ma .solitude et (Je la nécessité impérieuse 
d’abolir en moi certains souvenirs. Le besoin d’aimer, avec tout ce qu’il 
ge très significative (il e'sl
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.