Full text: Intervention surréaliste (1)

26 
HOMMAGE 
par 
MAURICE HEINE 
Prince, ô très haut marquis de Sade... 
^ Paul VERLAINE. 
Le Sade que nous admirons, 
ce n’est pas le marquis, mais le citoyen 
qui, en mil sept cent quatre-vingt-treize, 
déclare au Comité de Sûreté générale 
que son bisaïeul fut un domestique, 
reniant sa noblesse avec tant de fierté. 
Le Sade que nous admirons, 
ce n’est pas le colonel de cavalerie, 
mais le juste qui note cette pensée : 
Les voleurs font en tuant pour voler 
moins de mal que les généraux d’armée 
qui détruisent des nations seulement par orgueil. 
Le Sade que nous aimons, 
ce n’est pas le lieutenant général 
aux provinces de Bresse et Bugey, 
mais le délicat, sans nulle morgue, 
qui nomme son valet Monsieur le marquis 
et s’en fait appeler Lafleur, 
lorsqu’il joue à pète-en-gueule avec les putains de Marseille. 
Le Sade que nous aimons, 
ce n’est pas le privilégié, 
mais le libertin qui s’exclame, 
quand le parlement d’Aix le brûle en effigie : 
F outredieu ! 
me voilà au point où je me voulais,
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.