Full text: Intervention surréaliste (1)

Car ce ne sont pas les ordures qui manquent à ta vie, 
ni à la vie de partout, si tu pouvais voir autour de toi. 
Mais ta propre odeur de pourriture t’empêche de sentir. 
Confortable imbécile, protégé par tes institutions, 
savoure les derniers mots sur la lisière de la haine : 
il y a le printemps de la nuit sourdement qui éclate. 
A cause de si singuliers échos dans nos obsessions, 
au nom de l’honneur et du déshonneur, pour flétrir la justice 
de tous ces ignorants, de toutes ces paternes belles âmes, 
devant tant d’indifférence arpentée si souvent, 
au nom des cuisses estivales de la femme aimée, 
au nom de tout ce qui s’enfuit avec les jours, 
au nom de cette terreur qui doit répondre à tant d’autres, 
au nom de ces dents qui poussent dans nos gencives de loups, 
au nom de cette impatience de silex des premiers âges, 
de cette frénésie humainement impossible à retenir, 
j’en appelle à l’insurrection, chevaliers d’insurrection, 
tueurs des mélancolies au chaud dans le luxe des plus touchantes pudeurs 
Georges HUGNET. 
MÉRET OPPENHEIM Têle de noyé 
(3me étal) 
38
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.