Full text: Intervention surréaliste (1)

47 
telle s’enfonce l’enfance 
aveuglement des maternités sidérales 
murs 
vante des portes se ferme à double crépuscule sur ses pas 
insensible et solitaire 
emmuré dans le cratère d’une fleur à jamais éteints mais rigide comme 
le désespoir 
tout est froid qui longe l’expression extrême du cadenas 
et la mort ne parle plus de la mort des paroles tant choyées 
substance et la fluidité de leurs seins d’univers 
la pierre bondit à la place de l’homme 
et le cœur aux paupières en loques se dresse menaçant la mer de toute 
son entière certitude de métal 
dans la 
* 
. * * 
J’aime les substances humaines compactes et échevelées, celles qui, 
difficiles à démêler même avec des ailerons de subite aurore, trouvent dans 
un sommeil toujours vierge l’oubli des yeux aigus et des mémoires scruta 
trices. Très rares, ces femmes d’eau n’apparaissent devant les ventouses des 
miroirs qu’entre les heures non mesurables qui relient l’indéfinissable insom 
nie au jour définitif. Mais si celui-ci tombe comme une masse hargneuse et 
froide sur la conscience de l’homme, le refuge dans une végétation de dou 
ceur sous-marine, sous l’œil ambigu, ne sait que prolonger la résolution 
cl’un son bourdonnant, héritage de la nuit enfantine, à travers des tunnels 
fragiles de membranes transparentes et de métamorphoses planétaires. Une 
vibration décousue de lamentations se brise comme de minuscules carreaux 
dans des sacs de clochettes et des grincements de bijoux. Le soleil est son 
pire ennemi. Le vent peut lui procurer l’ivresse dont frémissent les pauvres 
au pied de l’escalier si des roches galvanisées par les vagues se trouvent à 
la portée de sa frénétique rigueur. C’est ainsi que la mer, cellule du rêve, 
contient le plus grand nombre de possibilités nucléaires d’où les appari 
tions de nuages et d’éclairs musclés à figuration antropomorphe sont capa 
bles d’influer sur les légères modifications de sexe des êtres qui en résul 
tent avec la simplicité de l’orage. Et toutes les cruches se cassent avec un 
bruit de montagnes sèches, tandis que, par couches successives de plus en 
plus aériennes vers le sommet, un sentiment de vie, sous-entendu de repro 
ches, éclaire d’une nouvelle pierre précieuse la continuité du charme hu 
main à travers les grottes de poudre. 
* 
* * 
L’apparente injustice qui m’a nourri à son nom et qui, à l’indigne 
acclamation des dominos, s’est plu à me faire croire laides en leur 
essence toutes les femmes que j’ai aimées. Etreintes, contraintes, n’a 
vez-vous définitivement implanté en moi cette maladresse foncière dont 
je ne peux plus séparer les ambiguës manières qui s’emparent de mes 
sens quand il s’agit de me saisir de la réalité environnante ? Lorsque
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.