Full text: Intervention surréaliste (1)

62 
LV, 
Braille. 
• nn4iu>F. [6ra. Il mil.] (Louis), professeur, né h 
Coupvray (Seinc-et-Marne) ; bien qu’aveugle depuis 
l'Age .de trois ans, il inventa récriture en relief à 
l image de* aveugles. Son nom a été donné à l’école 
d’enseignement des aveugles (1809-1852). V. école. 
• RRUIXE-L’ALI.ECD [ôré- 
ne-la-leu), v. de Belgique (Bra 
bant) ; 8.800 h- 
BHAIKE - LE- COMTE 
fôré-ne-/e-/«m-fe), v. de Belgi 
que (Ilainaut) ; 9.500 h. Fila 
tures. 
Rit Aisne [6 ré-ne], ch.-l. 
de c. (Aisne), arr. de Soissons ; 
l. 640 h. Ch. de f. E. 
bhAMANTE (Donato<f Av/ y V/ 
OKU. Lazzari. dit le), célèbi/ V 
architecte italien, auteur d/s 
plans de Saint-Pierre de RoÆie 
(1444-15 U). 
niiA.\CAS f/tass), ancidhne 
famille de France. Les mus célè 
PR Villarw-Braucns, brgueur, 
contre Henri IV, et mifurut emA69fi 
de Brunca*. ambassadeur dCytou 
BUA\DEIJOmf; 
Nord. Il fut, depuis 
sant électorat, que lamaisiVide 
et organisa et qui «fut le n 
prussienne.—Aujoufld’huipro- 
vince de Prusse ; 2.U5.000 h. 
(Ih'ayulcbourgeoïs). Cnp. Ber 
lin. 
BRA!VDEBOi:ilG,\v. 
Prusse, sur la Havil. af 
de l'Elbe ; 53.000 h. Figures' 
tissus. 
Bit AND O, ch.-l. de c. 
se), arr. de. Bastia ; 1.241 
BRANDT, alchimiste ha 
bourgeois, qui découvrit flbr- 
tuitement le phosphore (1JW9) : 
m. en 1692. 
BRAMA (Edouard^, phy 
sicien et chimiste /Tançais 
né à Amiens en 1846. C’esL 
ue la télégraphiifsans fil yîten 
1 
XI 
r],/piV^dc l'AU» 
xii\ sièclê\le siège 
enzoli 
l'atmri 
lit bwie. 
‘4(*| 
672-1750): 
nagne du 
'un pms/ 
rn, 
archL 
v,iiV- 
3 
e la pratique. 
BHAKKE, 
sur la Dordo 
BHANT ou 
que alsacien, n 
V 
Branly. 
à son co 
lû 
,(■ 
(Girond 
Vins. 
T (Sébastien), 
bourg, auteur 
r. de Lidourne, 
poète satiri- 
ae la Nef d* 
\ 
list 
des t 
BA 
franç 
au not 
ItRA 
ie-Eqv 
Stanley- 
iREA 
l'pü, assa. 
RKAI. 
dau (Bavièi 
de Np^tfïnlojj 
tiqùv corn pal 
brébeei 
poete françai 
(Maichc)/ [1 
J ’une tradu» 
7e, longtc 
lfcau a «fit 
s an fat/as 
BK-bcuY ét 
BROtï 
'Mançfic' 
2.14 y 
r 
Tge 
-que, a 
ouverte 
BIIEC*. 
li (pays u, 
BlUvdA, v. (, 
sur la M 
•aité ejrfre 1 
le 
Prise dé 
çais en 179° 
.me grec (219-12G av. 
.djjmio 
.oilisme- 
,n.-l. de c. 
^ambrai, su/ 
Erclin ; 1.050 h. 
asseries, tissages. 
jLE, prov. de You- 
; 525.000 h. Ch.-l. Lay- 
~»ans une zone donnée à 
•je, belles grottes et lacs 
jterrains. 
CARKOT [no] (Lazare), 
onventionnel français, né à 
ilaY, savant mathématicien, 
more du comité de Salut 
’ic. Il créa les quatorze 
es de la République, 
\gne ; il fut surnom 
Exilé par la Re 
il mourut à Magxle- 
1753-1823); — Son fils 
.colas, né et m. à Paris 
132), homme de science, 
•ccupé de thormodyna- 
. ; — Son second fils IIip- 
rs, né à Saint-umer, 
me politique français, fut 
nbre du gouvernement pro- 
oire de 1848 (1801-1888). 
CAWNOT (Sadi), fils d'Hip- 
jlyte, ingénieur et homme 
olitique, né à Limoges en 
.837. Elu présidentdeia Répu 
blique française en 1887, il fut 
assassiné par un anarchiste italien, à Lyon, en 1894. 
CAitNETES, ancien peuple de la Gaule.au temp 
César ; il occupait le pays de Chartres. 
■' (Annibale), poète italien, né à Civita-Nova 
traducteur de l'Enéide. 
Marie),philosophe spiritualiste et mo- 
v Poitiers, mort âParis (1826-1887). 
I v*/ " 
Saiii Carnot. 
o 
VL 
% 
IL 
Z,h 
4\DER8E\ (HanB Christian), poète et romancier 
danois, né à Odense, auteur de contes remarquables 
par la fertilité de l'imagina 
tion et la grâce un peu mé 
lancolique du fécit (1805-1875). 
ANDEKffON (Laurent), 
chancelier de Gustave Wasa; 
introduisit la Réforme en 
Suède (1480-1552). 
ANDERSON (James).agro 
nome anglais, inventeur de 
la charrue dite écossaise (1739- 
1808). 
ANDES (Cordillère des), 
grande chaîne de montagnes 
dominant la côte occidentale 
de l’ÀmériqueduSud; 7.500kil. 
de longueur. On y distingue 
les Gridel de la Patagonie, 
et de la Colombie. LAcon 
Chimborazo (6.253 m.) en so 
mets. Nombreux volcans. 
AiVDOCEOE, orateur et h 
né vers 468 av. .T.-C. 
AND 01.811 El M 'dols-ha-in 
Rhin), arr. de Colmar ; 690 h. 
ANDORRE (val tf). petj 
l’Aricge ; république placé/sfcüslà 
France et de l’évéque ddÜDgel. Sup 
5.250 h. (Andorrans). CapyAndorra 
ANDRAI, (Gabriel),/médecin fran 
(1797-1876). 
ANDRA8SY (Juléaf comte), hom 
grois. né à ZcmpliiirG4823-l890). 
ANDRE (saint/,,/apôtre, frère de 
crucifié sur uncjfc/vix en X. Fête le 30 
Aadré (martyre de saintt. immense e 
dit DominiauiAr couvent de Saint-Gré".,^ , 
— tableau djAAlurillo (Madrid) : — bclleVWUe énergi 
que du Calatfrèse (Louvre). 
ANDRÉ, nom de trois souverains de Hongrie, dont 
le second, roi de 1205 K 1235, prit part à la 5* croisade 
et confirma les privilèges des magnats et du clergé. 
me 
U! 
.N 
idigicus 
NDH 
tyinax. 
dei Pyrrtois 
» 'J. 
Andcrst 
’hili. du 
!G.834 m.) 
irincipaux 
'Etat athéj 
l-l. de c. 
rot 
/y w/g i / » 
t du dfiljf/''-' 
bctio/V- uft/Va 
2 kilZcm-' ; 
F ieja/A 
s, né| 
d’E^t 
aint 
îs 
>n- 
AEGE8TE (Cæsar Octavius), empereur romain, 
r \raité cp/Crc HNFr connu d'abord sous le nom d'Octave, petit-neveu 
aine tAtkuYMe»^iiivAco de Jules César et son héritier, né à Rome l’an 63 
av. J.-C., m. à Nola l'an 14 apr. J.-C. Il fut d’abord 
triumvir avec Antoine et Lépide, garda pour sa part 
l’Italie et l’Occident; il resta seul maître du pouvoir 
après sa victoire d’Actium sur Antoine (31), reçut 
avec le nom d'Auguste les divers pouvoirs civils et 
religieux répartis jusqu'alors entre les magistrats 
.. „„ _ .. „„„„ ,„ct commença ainsi l’ére des 
un lion. L empereur sc lit arnenun An ) 0 mains. IlVatta- 
apprit gue. .«g..t.f en Afrique, ü avait ^ fai „ oubIler , r cxccl . 
■i „ îr,•?.?, ; „lcncc de son gouvernement, 
is avec ce lauv a a j a gravité du changement qu’ii 
orda la vie et lui fl pi' * ortait dans la “onstitu ion 
vtotn dAndrocles qua^^lj blj n multiplia 
«connaissance des anln leg fo / ctioo 5 aires a Ro p me , 
. jej, fils de M inos* ci*le ( j lv j sa x*italic en régions pou 
il fut. par jalousie, tue ]faciliter le cens et la perccp 
1/iQlK, lemvnQ dHeotoi^ on l’impôt et réorgani4(, 
rèfl la prise de Troie* elle «i^dministralion des proviii- 
aciryw\k'.\$> nls d Achille. Lx/iaac 1 ccs ^ partagées en provinces ** 
qud le s/mbolc de 1 amour conjugal, sénatoriales et provinces im- 
’ iidij^mûquc, tragédie d Euripide périales; ces mesures euren 
éortn plusieurs endroits par Raci pour e ff et d’augmenter l/cen 
maque. tragédie de Racine, tralisation dans l’Etat. Il or 
cl qui londa la réputation du P ( généralement heureuse^, en 
:i/hc|de beaux vers, souvent cites : Pannonie, en Germani£(où, p 
Oui, puisque je retrouve un ami si fidél Varus subit un désastjeL en 
Ma foriune va prendre une (ace nouvcll en Afrique. Il adopta S’ijiêre, 
.... Dans cet aveu dépouillé d’artifice, à sa mort honoré corn! 
J’aime à voir que du moins vous vous r Le règne d’Auguste, cpMvru 
Je ne l'ai point encore embrassé d’aujo glorieuse, du moins la P^ u 
Va. cours mais era.ni enror J y lr0 “ v, tou3 les peuples. Les leur/, la poé 
Pourquoi 1 assassiner . ou a-t-il lait. a enfantèrent ces chcfs-d’œiAre qui so 1 
Qui te 1 a dit? expression du génie latinI et qui co 
Pour qui sont ces serpents nui sifflent s à la gloire de cette époflue que 1” 
ANDROMÈDE, fille de Céphée, rosous le nom de siècle d'.‘Auguste 
de Cassiopée. Celle-ci ayant eu la téirpar Horace, Virgile, Titfe-Li 
ter le prix de la beauté aux Néréitant d’autres hommes de 
pour venger ses nymphes, suscita un plupart ont été patron 
’ésola tout le pays. L’oracle, conpar Auguste. C’est aus 
fallait exposer Andromède annonça la belle époque d* 
onStre. La princesse, liée sur un i Le titre d'Auguste fut 
éides. allait être dévorée, lorsque rcurs romains, 
son cheval ailé Pégase, tua le me Auguste (Histoire), s4iitc de 
liens d’Andromêde\ et devint son éptrente-quatre empereunfi romain 
mède personnifie la femme. Que sa i'.ouvrage rédigé sous^Constantiïf par #.ivers auteurs, 
à mille dansrers. — Le nom d'Androm AEGESTE, nonarde plusm^s priâtes de Sflxe et 
à une constellation de l'hémisphère tde Pologne, au x 110 si磫c. Lepjj*s connu 
lludi'omède, tragédie-opéra de P. (est Auguste HI (1670-1733), électeurSaxe : né a 
pièce pleine de sentiments, dont RachDresde, il fut élu roi de Polognc-anrcs la mort de 
nna des expéditions, 
agne, en Rhétie, e] 
rtant. son licutenai' 
abie, en ArménicjFt 
i lui si^ccéda. I 
l’époque sinon la plu’ 
rillarçte de l'histoire' 
rature de 
e|iitf^éloqucnce 
plus haute 
•i'fcuërent tant 
sttîire désigne 
uififut illustré» 
usle, Ovide 
énie ou ie talent, dont 
és par N^ecèije et protégi 
ne que cop- 
romaine. 
ar les empe- 
îvc, 
i sous jfc r 
rarchitdctu 
orté devuis 
aonijgraphies/ des 
d’Adrien àPrflbuc ; 
prènt 
tcaul 
AE 
auteu 
1.560 
AE 
ne si» 
mais 
qu’il 
mœui 
An: 
pièce 
fut su 
Ali 
Giroi 
qui. Subjugué par sa générosité, devint son allie. 
Les Macédoniens refusant d'al 
ler plus loin, le commérant 
revint à Bahylone, où il mou 
rut d’une fièvre aigue, sans 
avoir pu réaliser les projets 
grandioses qu'il formait en 
core. Il avait alors 33 ans 
(356-323 av. J.-C.). L’œuvre 
d’Alexandre fut profondément 
bienfaisante et civilisatrice 
par la pénétration qu’elle as 
sura entre les civilisations 
hellénique et asiatique. Mais 
son empire fut, aussitôt après 
sa mort, partagé entre ses 
S énéraux. — Le. nom d’AleXan- 
re a passé dans la langue 
de conquérant. Un grand nombn 
pruntées à divers épisodes de s; 
ment usitées en littérature : 1° Si f 
dre. je voudrais être Diogène, réponj 
généraux oui l’entouraient et qui 
égards qu’il témoignait au célèbrcy 
fils, rien ne peut te résister, par 
prêtresse de Delphes à Alexan» 
violemment sur son trépied 
uanî l'espérance, allusio: 
veau contre lui en 1812 et 
replaça les Bourbons sur le trône de France en 
1815 ; — Alexandre II. ne en 1818. fils de Nicolas, 
monta sur le trône en 1855 ; il signa la prix avec la 
France après la guerre de Crimée. Abolit le servage 
(1853), entreprit contre la Turquie la gue-n* d«* i’876- 
•1877, , qui eut comme consc 
nence le traité de Berlin . 
mourut assassiné par les ni- 
• l^ilistes (1818-1881) ; — Ai.f.xan- 
e III. son fils, né le 20 fé- 
rier 18V5, monté sur le trône 
n 1881 ; il se montra l'ami 
et l’allié de la France ; m. 
ch 1894. 
ALEXANDRE 1er, roi de 
Serbie en 1880, fils de Mi 
lan Dr, assassiné par une con-j 
juration militaire (1876-1903) 
ALEXANDRE II de 
i»ie, fils de Pierre I er . r 
de Yougoslavie en 1921 né 
en 1888. Il a pris une -grande 
des Serbes contre les Austro-Allemands pendant la 
ande Guerre. 
EXANDRE ï°r do Unttouberg, premier prince 
de Bulgarie de 1879 à 1886, né à Vérone. L'hostilité
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.