Full text: Littérature (2 (1920), 16)

—11 
l 
Valentine. — Les mille et une nuits se fondent dans l’une 
des nôtres. J’ai rêvé que nous nous noyions. 
Paul. — Il y a longtemps que la charmante statue qui do 
mine la Tour Saint-Jacques a laissé tomber la couronne d’im 
mortelles qu’elle tenait à la main... Comment te plais-tu dans 
ton nouvel appartement ? 
Valentine. — Le bureau de mon mari donne sur le Jardin 
du Palais-Royal. 
Paul. — Ah oui ! le jeu de barres. 
Valentine. — Méchant. Et ces miettes de pain aux oiseaux : 
la solitude ? Les contrées de l’imagination sont d’un vaste ! 
Paul, surprenant dans la glace un de ses propres jeux de 
physionomie. — C’est très justement qu’on a comparé certains 
regards à l’éclair : ils font apparaître les mêmes branches bri 
sées, les mêmes jeunes filles blondes appuyées à des meubles 
noirs... Tu es plus belle qu’elles. 
Valentine. — Je sais. Tu aimes les châtaignes étincelantes 
qui se fondent dans mes cheveux. 
Silence. 
Paul. — L’as-tu entendu rentrer ? 
Valentine. — La morale courante; on pense à l’eau courante. 
Paul. — Le charme est dans cette chanson liquide admi 
rable, l’épellation des enfants du catéchisme. Au besoin, de 
quoi parlez-vous ? 
Valentine. — Unepatience d’ange. J’ai une patience d’ange. 
11 louerait une villa, un pied-à-terre pour la saison. Beaucoup 
de lierre. Comme les autres hommes, il est tour à tour l’esclave 
de sa fatigue et de sa joie. (Arrangeant un pli de sa robe.) Ma 
robe te plaît ? (Il s’approche.) 
Paul. — La boîte des bras à l’intérieur de peluche bleue. 
Valentine. — Amour. 
Paul. — La chair ou les perles. Scaphandrier dans les ondes 
de cristal. Tout ce qui tient à un fil. 
Valentine. — Le paradis commence où bon nous semble. 
Le jour gris ardoise a des cornes d’autos bleues, la nuit on vole 
sur une palme argentée. 
Paul. — Que fais-tu demain ? 
Valentine. — Les grands magasins seront ouverts : la jeu 
nesse de tant de femmes. v 
Paul. — A l’inspecteur qui se tient debout près de la porte : 
< L’ascenseur, Monsieur, s’il vous plaît ? »
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.