Full text: Littérature (2 (1920), 16)

— 22 - 
même sans doute, mais mieux que quiconque je mesure l’abîme 
prodigieux qui déjà existe entre nous. Il ne s’agit plus que de 
me sacrifier. (Silence ; quelques larmes). C’est pour cela simple 
ment que je suis venue vous trouver. Il faut que je me sépare 
de mon mari. Je lui ferai don de son indépendance. 
Létoile. — Vous êtes absolument décidée à divorcer? 
La dame. — Absolument. 
Létoile. —Vous croyez sans doute faire le bonheur de votre 
mari. Quelle erreur ! Il est faux que l’homme soit d’autant plus 
heureux qu’il est plus indépendant. Le bonheur est fait d’équi 
libre ; il implique des habitudes, une discipline, bref un frein au 
besoin de jouissance. Si les deux époux ne se sentaient pas 
tenus par une autorité plus forte que leur caprice, la facilité 
qu’ils éprouveraient à se séparer leur rendrait la moindre con 
trariété intolérable. La liberté est belle comme le soleil, mais 
il ne vous appartient pas d’arracher votre mari à ses habitudes. 
Chaque chose à sa place est une liane plus douce que l’haleine 
des femmes. Tout ce qui est aujourd’hui, le pli d’un rideau, la 
lumière dans ce même coin, est donc définitivement mort pour 
lui. Il ne lui reste plus qu’un souvenir qui le poursuivra comme 
une chauve-souris... Vous pouvez compter sur moi, Madame : 
dans deux mois environ, le divorce sera prononcé en votre 
faveur. Je vous convoquerai pour les formalités indispensables. 
La dame, qui donne des signes d'inquiétude depuis un mo 
ment. — Ecoutez, Monsieur, je vais encore réfléchir, je vais voir. 
Létoile, sec. — Je ne vous le conseille pas. Réfléchir, c’est 
toujours revenir sur ses pas. 
La dame. — Je ne sais plus que faire. (Larmes). 
Létoile, énergiquement. — Vous n’avez rien à faire. Signer 
quelques pièces uniquement. 
Il se lève. La dame à son tour se lève, indécise. Elle sort. 
SCÈNE VIII 
Létoile. — Mademoiselle. (Il dicte). 
Office de Publicité, 40, rue Richard Lenoir. 
100,000 FR. DE RÉCOMPENSE. 
Un vol mystérieux a été commis ces jours derniers, à Paris, 
dans la pension de famille Chardin-Lamothe, 172, boulevard 
Pereire.Un coffret, garni de pierres précieuses d’une valeur ines 
timable, a disparu dans des circonstances très graves. A la ligne.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.