Full text: Littérature (2 (1920), 16)

24 — 
Létoile, lui serrant les mains. — Vous ne me devez rien, 
mon ami, c’est de bon cœur. 
SCÈNE X 
On frappe. 
Létoile. —Entrez. 
Entre le garçon de bureau. 
Le garçon. — Monsieur, les agents sont là. 
Létoile. — Bien ; faites entrer. (Aux agents). Saisissez-vous 
de cet homme. 
Le jeûné homme. — Que se passe-t-il ? Vous êtes complè 
tement fou ! 
Létoile. — Résister est inutile. (Aux agents). J’accuse for 
mellement cet homme du meurtre de sa maîtresse, Madame 
Valentine Saint-Cervan. Ma déposition sera courte. Je vous 
rejoins au commissariat dans un instant. (Les rappelant.) Em 
portez cette valise, qui contient les pièces à conviction. 
SCÈNE XI 
Létoile se promène un moment de long en large et s'arrête 
devant la carte de France. 
La dactylo. —Monsieur, pourrai-je disposer de mon après- 
midi de demain ? 
Létoile. —Je vous permets d’aller au Bois de Boulogne. 
La dactylo. — Merci, Monsieur. 
Létoile, la regardant fixement. — Vous êtes belle, mon 
enfant. {Elle baisse les yeux). Auriez-vous peur de moi ? (Elle 
s'approche). Est-ce que vous comprenez ce qui se passe ici ? 
Le fanatisme est une [lampe merveilleuse à la clarté de laquelle 
l’ennui prend des contours inquiétants comme cette carte de 
France. Vous pensez sans cesse aux amis de rencontre avec 
lesquels on s’étend sur l’herbe ou on devise en riant. Je n’y 
vois d’autre inconvénient que cette grande poussière soulevée 
par les autos sur la route. 
La dactylo. —Nous avons eu aujourd’hui un temps superbe. 
Létoile. — 11 m’arrive de faire les cent pas pendant des 
heures entre deux numéros de maisons ou quatre arbres d’un 
square. Les promeneurs sourient de mon impatience, mais jq 
n’attends personne. 
La dactylo. — Je ne vous oublierai jamais.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.