Full text: Littérature (2 (1920), 16)

Le Gérant : Philippe Soupault. 
Lettre anglaise. 
* 
* * 
48 — 
Vous me demandez de vous écrire les noms de ceux qui à 
ont essayé de détruire la bêtise dans le brumeux séjour britaniqi 
Il y a Thomas Hardy, âgé de neuf cent-quatre-vingt-huit ans, H 
porain de Walter Scott, qui vit encore et qui a écrit « The 1V^| 
Casterbridge ». Il y a W. H. Hudson, contemporain du pèreM 
qui décrit superbement la nature, les brebis, ou l'Amérique cH 
Il y avait, il y a peu d’années encore, Henry James, qu : on ne H 
pas à Paris, où il avait vu Tourguenew jouer des charades (il avS 
beaucoup embêté M. Gustave Flaubert, de sainte et vénérable méH 
Il y a le poète celtique, et celto-japonais W. B. YeatH 
l’enfant a actuellement la rougeole) qui fait, et qui a fait depui* 
ans la poésie symboliste-celtique, bougrement bien. Il a fondé le ■ 
Irlandais et fait représenter les comédies de Lady Gregory et les I 
de Synge. 1 
Il y a Ford Madox Hueffer qui a lutté contre la littérature ofl 
seul pendant vingt ans, notre meilleur critique, auquel on doitfl 
chaque année le sang et les os de cent mille gosses. 
Il y a James Joyce qui écrit de la prose pour tuer, et qui a fl 
« Dubliners » (des contes) ; « The Portrait of the Artist as a Y 
Man » (un roman) et « Ulysses » qui continue et qui meurt de fl 
Il y a Wyndham Lewis qui fait de la peinture vorticiste (qui 
pas, entre nous, ni de la section d’or, ni de Picasso, ni du Futul 
mais de lui (Lewis) mêmq, et qui a écrit le roman « Tarr ». 
Il y avait notre ami Gaudier-Brzeska, français, tué à la guerrJ 
avait fait de la sculpture magnifique. Il y a, dans un format plus mol 
le malin T. S. Eliot qui a lu Laforgue plus soigneusement que les 
patriotes du dit Jules, et qui y a ajouté quelque chose. 
Et, sacré bon dieu de bois ! Il y a moi, votre très infidèle serviteui 
écrit et qui a écrit trop, mais pas trop mal. 
Et il y a les autres,, que le bon dieu de plâtre peut détruire à sor 
la plupart, sans nuire à grand chose. Votre bien dévoué, 
P. S. — Mais j’espère qu’il ne détruira pas trop tôt, W. C. Willi: 
ni Aldington, ni Rodker, ni H. D., ni quelques jolies petites da 
du métier.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.