L’ŒUF DUR 
15 
Trouvez-nou? de? Abonné? 
Crépuscule 
Je viens d'une Province ombrageuse et tranquille. 
Majestueuse et belle en sa mélancolie, 
Discrète, elle repose en ses rêves pâlie, 
Et l'heure y coule, lente, aux vieux beffrois des villes. 
Je viens du pays bleu des amours surannées, 
Où sur des castels morts pleurent les Dulcinées : 
Quand dans le gris du soir les choses sont fanées, 
L'Amour chante en rêvant aux anciennes années... 
Et les yeux noirs brillant d'un éclat nostalgique 
Caressent les aimés de leur lointain reflet... 
Lesle Feint. 
ta* 
Sonnet et un Vers 
« Au bar des T rois-Pendus, un mulâtre lubrique 
« Avait assassiné ce Grec si haut parleur. 
« Puis, ayant fait, le demi-nègre au teint de brique 
« Fourra le corps dans le buffet d'un air farceur. 
« A la lumière gaie des lampes électriques, 
« Viens. Le gin est peu cher. On fera un poker. 
« Pour embêter Jimmy, barman hypertrophique, 
« Les perdants se brûleront la cervelle en chœur. 
« Ou, pour vomir l'ennui, sans lui faire l'aumône, 
« Flirtons avec des boys à pâle pigment jaune 
<( Ou lisons les bouquins d ] Hoffmann et d'Edgar Poe. » 
Mais, quittant le captain au pavillon noirâtre, 
Je m'en allai palper des filles de théâtre, 
Dans l'infâme boui-boui, où, obscène et rougeaud, 
Un ventriloque chante en grattant du banjo. 
Mathias Lübeck.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.