Full text: Mémoires d'un Dada besogneux de l'armistice a 1925

104 
MÉMOIRES d’üN DADA BESOGNEUX 
proposa, tout naturellement de me con 
duire à Londres dans la sienne. 
» C’est à ce moment que j’observai dans 
ses manières quelque chose d’exceptionnel. 
Nous avons coutume, ordinairement, de 
répugner à ce qui est exceptionnel, nous 
avons coutume de considérer comme bad 
foi'm et incorrect tout ce qui peut faire re 
marquer quelqu’un. Aussi m’abstins-je du 
rant quelque temps de lui en exprimer ma 
pensée, mais je n’ai pas les mêmes raisons 
de vous dissimuler les motifs de mon éton 
nement : la seule chose que sir Richard 
payât jamais de sa poche était un journal 
d’un penny, et, lorsqu’une fois il eut l’occa 
sion d’ouvrir son portefeuille devant moi, 
je constatai, sans le vouloir, que celui-ci 
ne renfermait que des cartes de visite et d’au 
tres papiers à peu près de même nature ; 
mais pas une seule banknote, fût-ce d’une 
demi-livre. Lorsqu’il m’offrait à déjeuner, 
c’était toujours à l’un de ses clubs, où il 
avait un compte, ou bien dans un restaurant
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.