Full text: Mémoires d'un Dada besogneux de l'armistice a 1925

152 
MÉMOIRES D’UN DADA BESOGNEUX 
avait sur leur chemin, vous comprenez ! 
Des chevaux qui chargent ont confiance 
dans leur masse multipliée par la vitesse. 
Us savent que rien ne les arrêtera. Des 
hommes, qui traînaient dans la grande ave 
nue des barracks, eurent à peine le temps 
de se retourner au bruit : la charge était 
déjà sur eux. Ils furent boulés comme des 
lièvres sous des chiens de meute, piétinés, 
têtes, bras et jambes démolis par les sabots 
ferrés. Une porte ouverte qui rétrécissait 
le passage, un camion qui le barrait, tout 
cela craqua, s’effondra, tomba en miettes. 
Et cela avait l’air d’amuser beaucoup, ou 
d’affoler plus encore, je ne sais lequel des 
deux, le grand étalon noir. 11 tournait un 
instant la tête, et ses yeux brillaient pres 
que autant, ma parole, que les pierres de 
la route jetèrent d’étincelles sous ses qua 
tre fers. 11 n’y avait qu’à se garer ; on se 
gara, ceux qui purent. 
« Des officiers disaient : « Il n’y a qu’à 
« les laisser courir. 11 faudra bien que ça
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.