Full text: Mémoires d'un Dada besogneux de l'armistice a 1925

RUE GUÉNÉGAUD 
59 
couche d’argent ou d’or. Et c’est ce que 
le gouvernement français, dans son infinie 
bonté pour vous, ne saurait souffrir. 
M. Costepierre éternua de nouveau. 
— Vous vous enrhumez, monsieur ? fit 
le chef de bureau. 
— Oui, dit M. Costepierre, et permettez- 
moi de vous dire pourquoi. Ma mère m’a 
trop gâté, quand j’étais petit. Dès que j’avais 
couru pendant cinq minutes, elle me four 
rait un mouchoir dans le cou, pour m’em 
pêcher de me refroidir. Ces précautions ex 
cessives ont fait que je n’ai jamais pu m’ha 
bituer aux courants d’air. Je crains bien 
qu’il n’en soit de même, d’une façon plus 
générale, de tous les citoyens français ; 
l’Etat les considère comme d’éternels mi 
neurs, qui se feraient du mal s’ils touchaient 
aux allumettes ; il leur dit : « Je sais que je 
vous ennuie, mais c’est pour votre bien. » 
Et sa méfiance finit par être justifiée, car 
si par hasard nous touchons aux allumet 
tes, nous nous brûlons les doigts, n’en
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.