L’OEUF DUR 
5 — 15 
MAURICE DAVID 
Sonnet 
Tourne la page dont l’appel 
Au verbe rebelle, se tait 
Pour tout poème qui ne sait 
D’illusion que le réel. 
Et du visage de l’amie 
Exhaussé comme un pur symbole, 
Tire l’ivresse qui console 
D’une paresse trop punie. 
Car la bouche dont s’enamoure 
L’âme vague, quand elle entoure 
Ton songe avec des mots perdus, 
Est moins cruelle et moins suave 
Que les lèvres où tu voulus 
Mordre l’amour sans nulle entrave. 
Tout Se monde vous dira que 
l'ŒUF DUR est le 
A Bon Entendeur, galut!
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.