L’ŒUF DUR 
5 — 3 
LÉON PIERRE-QUINT 
Déchéances Aimables 
Ennui 
Le petit Dauphin ne pensait jamais à rien, parce que les choses pensaient 
en lui. Elles pensaient, elles chantaient et elles riaient en lui. Il chantait et 
riait avec elles. Jamais elles n’entraient en conflit, ou ne se disputaient une 
âpre prépondérance. Elles entraient par la porte ouverte de son esprit, 
défilaient en farandoles bruyantes et colorées,'—puis s’enfuyaient par la 
sortie. 
* H: ❖ 
Le petit Dauphin atteignit l’âge de raison. Et plus rien n’entra en lui par 
la porte de son esprit. Son esprit restait vide, comme une salle des fêtes. 
Pourquoi les choses ne viennent-elles plus à moi ? Il était en colère contre 
les choses. Et il se mit à les rechercher. Mais celles qu’il trouvait étaient 
trop grandes pour entrer par la porte de son esprit — ou si petites qu’elles 
s’y perdaient. 
% * * 
Avec l’âge et la patience, il parvint à capter deux ou trois idées, qui volti 
geaient dans son esprit comme des papillons de nuit. Alors, il commença 
à écrire ses mémoires. 
Les petites Combinaisons du Hasard 
Il avait résolu de posséder une femme de un mètre cinquante-cinq cie 
taille, appelée Paralélie, brune aux yeux bleus striés de vert, qui prononçât 
les X comme les S, pensât aussi que Schopenhauer est le plus grand des 
philosophes et que les nouveaux-nés ne doivent pas être emmaillotés dans 
des langes. C’est avec elle qu’il habiterait une vie rangée et proportionnée, 
où logeraient tous ses désirs. 
Et voilà qu’il était déjà très heureux ; la moitié de son temps était con 
sacrée à des travaux commentant les qualités curieuses qu’il exigeait de 
l’épouse, l’autre moitié recherchait cet être virtuel et préconçu. 
Ainsi le lestait une grande certitude. 
A vingt-cinq ans, il voyagea. Il partit de ce raisonnement que tout dépla 
cement multiplierait ses chances de succès. 
A la fin de l’année, n’ayant pas abouti, il continua pourtant d’être heureux. 
Car il pensait avec raison que d’après le calcul de ses probabilités, le nombre
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.