L’ŒUF DUR 
11 
12 
dans un site féerique, et pourvu de deux hôtels éclairés à l’élec 
tricité, possédant en commun une salle de bain, Waldig'hoffen 
se présente comme un centre d’excursion particulièrement 
recommandé aux touristes soucieux de confort et de poésie. 
— A moins qu’on ne trouve ni hôtel, ni collines, ni salles de bain, 
ni poésie. — Ça suffit, dit Anna, je suis lasse de mes déborde 
ments. Un lecteur des Annales, s’il m’entendait, me croirait 
folle. J’exprime pourtant le plus naturel goût de l’aventure. 
— « Ma confiture cuit, vint annoncer M me Walter avec soulage 
ment. Maintenant, je n’ai plus qu’à la laisser cuire. — Je suis 
revenue de WaldihgofTen, lui confia Anna, les collines ou la plaine 
m’ennuyaient également. — Comme tu parles pour ne rien 
dire, constata M me Walter. — Je vais retrouver Oscar Wilde 
à Reading. Je le consolerai de la moralité des hommes. Adieu, 
je retourne à Reading. — Ah ! soupira M me Walter, en haussant 
les épaules, tu ne sais pas où tu es bien, ma fille.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.