7 
L’ŒUF DUR 
11 
CAMILLE SCHUWER 
Guinguettes 
Meudon tinte au clairet dimanche les tonnelles 
qu’un gobelet Septembre au ciel ivre d’abeilles 
l’exauce d’un vin d’or au bois où blanches treilles 
feuilles mortes ont l’air d’oiseaux morts sous leurs ailes. 
Des jouets et des ris balançoires où voiles 
des jupes c’est l’épouse ascend jusqu’aux étoiles 
et ses filles là-bas et fiancés s’égaillent 
sous les arceaux diminuant et les venelles. 
Or au crapaud dont la gueule d’ombre entre-bâille 
un ventre inassouvi désir l’époux bataille 
pour qu’entre à l’antre où point la fleur toute charnelle 
soif une pièce d’or à ses ardeurs pareille. 
Et le soir c’est la rose au col fin des bouteilles 
automne il se fait tard et frais près des futailles 
câlin monte à la gorge ô lundis et conseille 
l’assaut des trains chanteurs fleuris d’impériales 
où tourne tour Eiffel et fleuve aux étincelles 
Paris dont les feux dieux confondent les étoiles. 
Veuvage 
Je suis victime des liaisons. 
Pourquoi, Dieu de Dieu, rattachai-je 
la feuille à la branche et la note à l’arpège, 
le cheval de cirque au manège, 
et la cale du bateau à la calvitie du patron? 
A Toulon le train siffle et la sirène gémit, 
le colonel avait trois vaches et le soldat pâtit... 
Mais pourquoi, déjà forte, portez-vous de l’organdi
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.