L’ŒUF DUR 
S 
4 
Ils avaient supprimé le pompon rouge de leur bonnet et l’ar 
mature qui lui donne une rigidité correcte ; un veston de cuir 
recouvrait leur chemise réglementaire. Quelques-uns portaient 
des imperméables en toile huilée de couleur noire. Ils avançaient 
au milieu de la rue poussant devant eux une petite mitrailleuse 
toute neuve, telle une machine à nettoyer les appartements par 
le vide. 
I.e plus surprenant c’est qu'ils avaient le visage rose des hom 
mes de leur âge comme on se plaisait à le concevoir quelques 
heures avant cet événement. D’autres hommes longeaient les 
maisons selon des lois qu’aucune force nouvelle ne pouvait encore 
rajeunir. 
Dans le quartier habité par les filles, une fusillade timide 
éclata prématurément ; la pluie tomba sur la chaussée et la 
mitrailleuse se refléta sur l’asphalte car c’était encore le jour. 
Vers le milieu de la nuit des matelots aux cheveux couleur de 
paille fraîche et des civils armés mais embarrassés deleurchapeau 
melon et de leur pardessus s’aggloméraient frileusement dans 
une ruelle où des lanternes rouges, servant de fond à des numéros 
ostensibles, indiquaient aux hommes de la police « bleue « que 
les bordels palpitaient clans l’ombre dévorante des rues glissantes, 
près du fleuve. 
Un matelot heurta une porte avec la crosse de son fusil. Cette 
porte s’ouvrit — on savait déjà à quoi s’en tenir à l’intérieur — 
et le furieux poussé en avant par ses camarades se heurta contre 
une autre porte chaude. Un flot de lumière rouge inonda le cou 
loir comme par la manœuvre d’un convertisseur Bessemer. La 
salle rouge s’ouvrit ainsi qu’une grenade mure et parmi les filles 
chastement voilées de peignoirs d’esprit méditerranéen, d’énor 
mes figures bourgeoises suant d’angoisse, de soumission et de ruse 
se dressèrent devant le groupe noir des matelots aveuglés. Tous 
ces messieurs avaient passé l’âge d’être vainqueurs. La coupe de 
champagne à la main ils saluèrent d’un geste unanime la jeune 
révolution. Sous le regard naturellement approprié de Madame, 
directrice de celte maison, une minute, une seconde avant le feu 
des pistolets automatiques. A moins que...
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.