9 
L’ŒUF DUR 
10 
Banlieue 
Une musique jeune et souple 
Serrée dans un accordéon 
S’échappe et saute sur la place. 
Un marin danse sans savoir : 
Le pavé prête à tous les pas 
Une pente, un contour dociles, 
Sous les portes, le soleil glisse 
Un papier jaune et transparent 
Autour de moi l’ombre chavire. 
Je m’étonne que l’unité 
Des pierres usées et des gestes 
Ne m’ait aussitôt incité 
A dépenser ma force neuve... 
Altitude 
Au ciel à minuit j’atteindrai 
Je monte et mes pas sur la terre 
Font un bruit mouillé de cailloux 
Tombant sur l’eau dure et profonde. 
Pas de mesure ni de point 
Sur quoi régler le temps, l’espace... 
Rien n’émeut le silence plat 
Qui se confond avec le sol. 
Comme un bagage inutile 
En bas j’ai laissé mon ombre 
Je n’aurai que plus de plaisir 
Si je déserte la campagne 
A retrouver sur un mur blanc 
Mon image toujours tranquille.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.