L’ŒUF DUR 
10 
12 
MAURICE DAVID 
Portrait de Suzanne 
Suzanne quitte à peine le train qu’elle connait déjà la ville 
et veut m’emmener dans la campagne. Ou bien : Suzanne 
me crie au téléphone qu’elle veut, pour être presque incestueuse, 
se marier avec mon cousin. 
Voilà ce que Suzanne veut que j’écrive d’elle. 
La vérité est tout autre. Elle n’a jamais su distinguer les 
traités de morale des recueils de devinettes et croit sincèrement 
que le comble de la sensibilité est de se trouver mal quand trop 
de semelles battent le pavé aux anniversaires nationaux. En 
somme elle n’a pas le moindre sens moral et j’ai relevé dans son 
journal privé, ces trois lignes : 
« André Gide ? n’a de démoniaque que son impuissance. 
Sent la vieille fille, le renfermé. Je me moque de sa vie privée, 
mais vraiment ses livres n’ont pas assez de femmes. » 
Comme je lui demandais de m’expliquer son appréciation, 
elle a mis sa main sur ma bouche,et, en riant : 
—Parlez donc plus haut, je ne vous entends pas 1 
Elle a la chair jeune, dure, peu exigeante, mais jamais lasse. 
Elle arrive, demande un peu de thé, me raconte ses travaux, 
sa route, puis s’empare de trois ou quatre livres en ayant soin 
d’avertir 
— Tu sais ? quand tu voudras... 
Elle a beaucoup de camarades, Elle aime a discuter et qu’on 
ne soit pas du même avis qu’elle. Avec moi elle est plus simple. 
Je lui rappelle la vie de ce copain à moi qui tua successivement 
tous les parents de son amie parce que le noir seul allait aux 
cheveux qu’elle portait blonds. Elle court au miroir 
— Moi aussi, le noir m’irait bien ; et mieux même car je 
suis plus grande. 
Et pour me rassurer 
— Mais toi, tu n’as pas le temps. 
Très chaude et très souple, elle se trouve belle et jolie. Elle 
s’offre de temps en temps avec insistance, par esthétique, 
mais sans se départir d’une orgueilleuse soumission. Elle aime 
l’air, le soleil et le sel qu’une mer ventée met à la bouche. 
Elle travaille huit heures par jour à des traductions d’ouvrages 
de sciences, qu’elle entreprend et mène à bien, toute seule,
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.