graphies qui révèlent la souplesse d’un art évoluant toujours 
vers une compréhension plus profonde de la nature et que 
ne rebutait, ni les sujets ni les sévères classifications de 
méthodes ou de moyens. Ces grands tableaux appartiennent 
à présent aux galeries connues de M me Olivier Macé, 
MM. Davanne, Lambert, Thirion, Dolfus, Mercier, 
Docteur Leprince, Camondo, Leclanché, Lafitte, Docteur 
Broq, Henri Letellier, Streglitz, Walter Conrad Arens- 
berg, Hœniger, Docteur Miour, etc., etc. 
Picabia délaissa le Salon des Artistes Français pour 
exposer au Salon d’Automne dont il fut nommé sociétaire 
peu d’années après. 
Les voyages font partie de la vie de Picabia comme 
son travail même. Progresser, se renouveler, voir toujours 
d’autres cieux et de nouveaux horizons, sont les fonctions 
indispensables d’une véritable carrière de peintre tout 
comme le mouvement, l’air, la marche, garantissent une 
belle santé physique. Et c’est pour cette raison qu’en 
suivant l’œuvre de Picabia on ressent une volupté infinie à 
réchauffer sa mémoire au doux soleils d’hiver de Saint- 
Tropez, sous les pins du Golfe Juan, au Cap Martin, dans 
la délicieuse Venise provençale des Martigues, à toutes les 
haltes de cette incomparable Côte d’Azur. De Séville à 
Grenade, à Madrid, dans bien des villages inconnus du pays 
des Maures, souvenir du passé ou charme anticipé de ce que 
l’on voudrait connaître, chacun rêve devant ces études sin 
cères qui évoquent les nuits claires et bleues du sud comme 
les jours éclatants de ces contrées. Les courses de toros ont 
aussi séduit ce peintre qui a donné de curieuses composi 
tions de l’arène et de la plazza.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.