est différente de celle dont nous parlons depuis ses premiers 
salons. Picabia échappa de bonne heure aux lisières d’un 
classicisme qui ne répondait pas à sa nature. L’évolution 
rapide de la pensée l’emportait vers une recherche de vérité 
fortement poussée par l’impressionnisme et dont la curiosité 
sincère courut très en avant du cubisme. Parallèlement à 
Picasso qui découvrait les arcanes du cubisme, Picabia 
franchit les barrières mais il suivit un autre courant. L’art de 
Picasso, dans ses recherches géométriques, était purement 
objectif et tendait à la suppression de l’imagination, tandis 
que les tentatives de Picabia nous lançaient vers une subjec 
tivité comparable aux formes musicales, sans qu’il y ait pour 
cela de la part de l’artiste aucune volonté de rapprochement. 
Je n’apprendrai rien à ceux qui connaissent l’œuvre 
picturale de Picabia en leur rappelant que le succès de ses 
expositions fut complet, énorme, et que toutes les toiles de 
ce peintre, même les plus petites, atteignirent une valeur 
marchande considérable. J’enregistre avec plaisir ce résultat 
très légitime, afin de répondre dans quelques pages à des 
assertions inexactes jetées par des ignorants pour combattre 
Picabia. 
Voici donc, à trente-cinq ans, l’homme arrivé à un magni 
fique sommet de son talent; il atteint une célébrité enviée; 
il possède la richesse par ses productions. Rien ne le 
pousse pourtant, à organiser une réclame vigoureuse pour 
augmenter cette fortune dont la chimère abaisse jusqu’à lui 
les ailes dorées. Picabia profite de la renommée, fruit de 
son travail fécond, de la publicité faite par les marchands, 
certes ! mais il n’a aucun besoin de la forcer par des moyens 
à côté. Oserais-je dire, cela me paraît une indiscrétion, que
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.