Full text: 2e année 1920, juillet/août = No. 15 (2(1920), juillet/août = No. 15)

- 16 - 
venait nous ordonner de ne jamais rien conce 
voir, ni rien penser en nous-mêmes sans aussi 
tôt l'exprimer au dehors, le crier même, nous 
ne le supporterions pas un seul jour. Il est 
donc vrai que nous appréhendons l'opinion du 
voisin sur nous-mêmes plus que la nôtre. 
L’on éprouve du raisonnement le 
passage, et l’endroit difficile. Il faut admettre, ou le reste 
s’effondre, que c’est sur la même pensée que les autres se 
prononcent, et nous — et donc que cette pensée se peut, 
à volonté, porter du dedans au dehors, ou l’inverse : les 
mots ne marquent pas sur elle, ces mots sont comme s’ils 
n’étaient pas. 
(Je suppose qu’.une idée aussi aiguë, et à 
chaque instant menacée, faisait le souci de Marc-Aurèle. 
Seulement il la voulait faire passer en proposant à l’atten 
tion un paradoxe plaisant.) 
Les jugements communs sur le mensonge 
ou la sincérité supposent le même fond : c’est à savoir que 
l’on parle sa pensée directement, sans intermédiaires, plu 
tôt que de parler ses mots (dont l’enchaînement et les jeux 
peuvent suivre des lois différentes, donner trois cents com 
binaisons inattendues.) 
Il vient de là quelques sentiments : 
celui, entr’autres, de la duplicité du menteur qui dans le 
même moment, suppose la morale, pense le vrai et dit le 
faux — (mais il suffit d’une légère habitude du men 
songe, pour reconnaître ici une illusion misérable). Et tous 
autres jugements dûs, comme il arrivait pour la réclame 
du sucre, à ce que nous nous conduisons avec les mots, 
comme s’ils étaient les choses mêmes. 
IV. RAISON DE LA RIME. 
Agrys, lorsqu’il a suivi depuis les Romains 
les aventures d’un mot, parle fièrement de son sens véri 
table : la religion, dit-il, est lien des citoyens, puisque 
religio... (il espère ainsi mieux connaître la chose dans le 
même temps que le mot).
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.