Full text: 2e année 1920, juillet/août = No. 15 (2(1920), juillet/août = No. 15)

CHRONIQUE 
Pour faire un poème dadaïste : 
Prenez un journal. 
Prenez' des ciseaux. 
Choisissez dans ce journal un article ayant la longueur que 
vous comptez donner à votre poème. 
Découpez l’article. 
Découpez ensuite avec soin chacun des mots qui forment cet 
article et mettez-les dans un sac. 
Agitez doucement. 
Sortez ensuite chaque coupure l’une après l’autre dans l’ordre 
où elles ont quitté le sac. 
Copiez consciencieusement. 
Le poème vous ressemblera. 
Et vous voilà “ un écrivain infiniment original et d’une sensibi 
lité charmante, encore qu’incomprise du vulgaire. „ 
AA L’ANTIPHILOSOPHE ET TRISTAN TZARA. 
* 
* * 
Pierre Drieu La Rochelle : Fond de cantine. 
Nous avons aimé la guerre comme une négresse. A combien l’émotion? 
Les enchères ouvertes se sont refermées, mâchoires, sur quelques-uns 
d’entre nous, ous ne regretterons jamais assez un état d’exception. Je sacri 
fie volontiers l’humanité à l’épouvante. Le soleil de la peur est un punch 
incomparable. La guerre, malgré les petits mortels, a la grandeur du vent. 
Dans le désordre des lumières, un garçon se déroule du sommeil. 
Il n’y a pas beaucoup de place au monde pour dormir. Assez drôle, tout 
ce bruit. Il vaut mieux tuer ou rire que crier ou mourir. Ce qu’on dit 
sonne bizarrement au petit matin des attaques. On croirait que ça rime. 
La gaucherie des hommes fait fuir les moineaux. Tiens: encore quelques 
mots de cassés. Plus on va, plus on aime les plaisirs de la terre, cette 
sacrée noix de malheur. L’autorité, entre autres, se satisfait auprès des 
femmes, fraîcheurs passagères, haltes, menthes à l’eau. On apprend peu 
à peu à nommer chacun par son nom. C’est curieux la chose de vivre.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.