Full text: Anthologie Dada (4/5)

Le poète de la station dernière ne pleure inutilement, la plainte ralentit la marche (humidité des 
âges passés); ceux qui se nourrissent de larmes sont contents et lourds, les enfilent pour tromper 
les serpents derrière leurs âmes; — le poète exerce gymnastique suédoise pour l’abondance et 
l’explosion, s’il sait allumer l’espoir (AUJOURD’HUI). Tranquille ardent furieux intime pathétique 
lent tempétueux, son désir bouille pour l’enthousiasme. Féconde forme de l’intensité. 
Savoir reconnaître et cueillir les traces de la force que nous attendons, qui sont partout, 
dans une langue essentielle de chiffres, gravées] sur les cristaux sur les coquilles les rails dans 
les nuages dans le verre à l’intérieur de la neige la lumière sur le charbon la main dans les 
rayons qui ce groupent autour des pôles des magnets sur les ailes. La 
persistance aiguise et fait monter la joie en flèches vers les cloches astrales — destination 
des vagues de nourriture impassible, créatrice d’une vie nouvelle. Ruisseler dans toutes les 
couleurs et saigner parmi les feuilles de tous les arbres. Vigueur et soif, émotion devant la 
formation qu’on ne voit et qu’on n’explique pas — la poésie. 
Ne cherchons pas d’analogies entre les formes sous lesquelles s’extériorisent l’art; à 
chacune sa liberté ses frontières. Il n’y a pas d’équivalent en art, chaque branche de l’étoile se 
développe indépendamment, s’allonge et absorbe le monde qui lui convient. Mais le parallélisme 
constatant les directions d’une vie nouvelle sans théorie, caractérisera l’époque. 
Donner à chaque élément son intégrité autonomie, condition nécessaire à la création des 
nouvelles constellations; chacun à sa place dans le groupe. Volonté de la parole: un être debout 
une image, une construction unique, fervente de couleur, dense — intensité, communion avec la vie. 
L’art est une procession de continuelles différences. Car il n’y a pas de distance mesurable 
entre „comment allez-vous" et le niveau où l’on fait croître son monde et les humaines actions vues 
sous cet angle de pureté sous-marine. La force de formuler en l’instant cette succession variable, 
est l’oeuvre. Globe de durée, volume enfanté sous la pression sans cause. 
L’esprit porte de nouveaux rayons de possibilités: les centraliser, les ramasser sous la 
lentille ni physique ni définie, — populairement: l’âme. Les manières de les redonner, trans 
former: les moyens. Clair en or comme l’éclat — battement croissant d’ailes s'agrandissant. 
Sans prétentions d’absolu romantique, je présente quelques négations banales. 
Le poème n’est plus sujet rythme rime sonorité : — action formelle. Projetés sur le cotidien 
ils peuvent être des moyens dont l’emploi n’est pas réglementé ni enregistré, auxquels je donne la 
même importance qu’au crocodile, au minéral ardent, à l’herbe, Oeil, eau, balance, soleil, kilomètre 
et tout ce que je puis concevoir ensemble et qui représente une valeur susceptible de devenir humaine: 
la sensibilité. Les éléments s’aiment si étroitement serrés, enlacés véritablement, comme les 
hémisphères du cerveau et les compartiments des transatlantiques. 
Le rythme est le trot des intonations qu’on entend; il y a un rythme qu’on ne voit et qu’on 
n’entend pas: rayons d’un groupement intérieur vers une constellation de l’ordre. Rythme fut jusqu’à 
présent les battements d’un coeur séché - grelots en bois putride et ouaté. Je ne veux pas encercler 
d’un exclusivisme rigide ce qu’on nomme principe là où il ne s’agit que de liberté. Mais le poète sera 
sévère envers son œuvre, pour trouver la vraie nécessité; de cet ascétisme fleurira, essentiel et pur, 
l’ordre. (Bonté sans écho sentimental, son côté matériel.) 
Etre sévère et cruel, pur et honnête envers son œuvre en préparation qu’on placera parmi les 
hommes, nouveaux organismes, créations qui vivent dans des os de lumière et des formes fabuleuses 
de l’action. (REALITE). Le reste nommé littérature est dossier de l’imbécilité humaine pour 
l’orientation des professeurs à venir. 
Le poème pousse ou creuse le cratère, se tait, tue ou crie le long des degrés accélérés de la 
vitesse. Il ne sera plus un produit de l’optique, ni du sens ou de l’intelligence — impression ou 
faculté de transformer les traces des sentiments, de les appliquer. 
La comparaison est un moyen littéraire qui ne nous contente plus. Il y a des moyens de 
formuler une image ou de l’intégrer, mais les éléments seront pris dans des sphères différentes et 
éloignées. 
La logique ne nous guide plus, et son commerce, bien commode, trop impuissant, lueur 
trompeuse, semant les monnaies du relativisme stérilité, est pour nous à jamais éteint. D’autres forces 
productives crient leur liberté, flamboyantes, indéfinissables et géantes, sur les montagnes de cristal 
et de prière. 
Liberté liberté: N’étant pas végétarien je ne fais pas de recettes. 
L’obscurité est productive si elle est lumière tellement blanche et pure que nos prochains 
en sont aveuglés. De leur lumière, en avant commence la nôtre. Leurlumière est pour nous : dans 
la brume, — la danse microscopique et infiniment serrée des éléments de l’ombre en fermentation 
imprécise. N’est-elle pas dense et sûre la matière dans sa pureté. 
Sous l’écorce des arbres abattus, je cherche la peinture des choses à venir, de la vigueur 
et dans les canaux la vie gonfle peut-être déjà, l’obsurité du fer et du charbon. 
(1917) 
TRISTAN TZARA
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.