Full text: 5(1924), Janv.-Fév. = Nr. 35 (35)

DRIEU LA ROCHELLE 
281 
allaient vers moi, mais une inflexion ironique en détournait l’effusion 
loyale. La nonchalance de son corps achevait de les trahir et m’insultait. 
11 était à moitié habillé et vautré sur son lit. 11 avait aux jambes ses 
belles bottes qu’il regardait au-dessus de sa tête, et aux bras un pyjama 
assez sobre. Il était pâle, il avait déjà perdu sa patine guerrière. Ses 
yeux, dans cette position horizontale, allongés sous la paupière bleuie, 
écoulaient un regard faible. 
Je respirais mal. Allais-je rayer de mes papiers ce garçon accepté 
de si bon cœur à Paris? Etait-il si peu solide qu’il eût glissé sur cette 
pelure souillée? Pourtant, j’aurais bien passé la soirée avec lui. Pour 
ne pas être seul, à cause de l’éternelle et bienfaisante curiosité, et parce 
que sa silhouette me disait encore autre chose que ce que je venais de 
voir. Il fallait éliminer l’autre. Comment manger un morceau, et boire 
un verre, et rire, et ne rien dire devant ce garçonnet aux joues d’ouate 
rose? 
Nous sortîmes. J’avais une voiture. Je leur proposai d’aller à Mar 
seille. La Marche prit le volant, le petit se mit derrière et, pendant 
quelques heures, nous nous retrouvâmes les camarades que nous avions 
été le premier soir. 
La Marche était fait pour maîtriser une force, pour appliquer ses 
muscles à une tâche. Aussitôt qu’il était en mouvement, aussitôt que 
son animalité était employée, il montrait une sorte de grandeur. D’un 
seul coup sa figure s’était purifiée, la courbe de son front n’était plus 
inquiétante sous la claque du vent, ses yeux dégainaient des regards 
précis, le souvenir des aubes parisiennes s’effaçait de ses joues, son men 
ton achevait mieux son visage. 
Point de conversation, mais une mélopée se formait de nos exclama 
tions dociles aux sombres péripéties de la route. Amusement, conten 
tement, joie. Nous roulions de plus en plus fort. Nous entrâmes avec 
confiance dans la nuit, grande compagne que nous avions perdue depuis 
le front. Elle couvrit les détails de son mouvement large. Les villages
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.