Full text: 5(1924), Janv.-Fév. = Nr. 35 (35)

DRIEU LA ROCHELLE 
295 
Toute sa nonchalance était pour nous, nous sentions qu’il retenait 
son élan. 
Il s’enchantait de ce corps gracieux, qui, sous nos yeux, inventait 
de nouveaux signes de la tendresse. 
Gonzague enviait le contentement de Guy, mais en méprisait la cause. 
— Ce n’est pas une femme comme j’en aurai, comme il n’y en a pas. 
Et puis, il la paye. 
J’appris que Guy avait fait un héritage. Il s’était associé à un mar 
chand d’autos, il travaillait. 
— Non, Guy, tu gagnes de l’argent? 
— J’ai fait un mois de dix mille. Le vieux croyait m’avoir au début, 
mais je l’ai secoué. 
— Et voilà, ajouta Gonzague, ce grand idiot entretient cette 
donzelle ! 
— J’adore ça, c’est ce qui me plaît le plus dans notre ménage, ré 
pliqua La Marche. 
Ses épaules s’étaient carrées. 
Nous revenions vers Paris. Us marchaient devant Gonzague et moi, 
en s’embrassant. 
Gonzague grognait. 
— Quel idiot! Une petite grue. Carrière négligée. 
Moi j’essayais de rattraper Guy et de repasser par le fil de sa vie. 
« Voyons, le Paltoquet, Jim Fizz d’un côté, Peau de l’autre. Com 
ment relier ces épisodes. Un court voyage d’aller et retour dans un pays 
qui ne lui a pas plu, où il est allé parce que c’était la mode. Il a vingt- 
quatre ans. Il est rentré, n’en parlons plus. » 
Drieu La Rochelle.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.