Full text: 5(1924), Janv.-Fév. = Nr. 35 (35)

1 
310 
POEMES DE FOUS 
PAU, le 24 Mai 1908. 
(Asile St-Luc) 
.— Eh! oui, j’appelle 
Mes amis d’ailes, 
A toute voix 
Milliès Lacroix 
Millet-la-croix. 
.— Mais pourquoi faire? 
.— Répandre l’aire, 
Pour les poussins, 
Plume à coussins; 
Les dindonneaux 
Et pigeonneaux; 
Les oisillons 
Dans corbeillons, 
Devenus grands, 
Ces bons enfants 
Seront portés, 
Bien fort bottés, 
Au grand marché. 
Il faut tâcher 
De fort les vendre, 
De l’argent prendre; 
Demain, bientôt, 
Mais au plus tôt; 
Le voyageur, 
Milliès blagueur, 
Viendra chez moi, 
Portant la soie; 
De beaux lainages. 
Dessins tout âge; 
Des cotonnades 
Blanches parades; 
Légers zéphirs 
Donnant soupirs; 
D’autres gazes! elles 
Rayées gazelles! 
A tant d’amours, 
7 h. matin 
Peut-on toujours, 
En sa présence 
Garder prudence? 
Ah! l’enchanteur! 
Ses yeux d’ardeur, 
Sa bouche fine 
Vous embobinent! 
Il a tant d’âme! 
Surtout pour femmes 
Simples et pauvres, 
Et par trop sobres, 
Qu’il voudrait belles; 
En pur modèle 
De religion 
Par conviction! 
Portant la croix; 
Symbole trois 
Des grands vertus 
Du bon Jésus : 
« Avec grand foi, 
Venez à moi, 
Tous les petits 
Du paradis. 
En espérance, 
Ayez confiance! 
Des jours meilleurs 
Sont là; ailleurs; » 
Sans jamais fiel, 
Dit l’arc en ciel! 
Que par bonté, 
La charité 
Inépuisable 
Du grand aimable, 
Colore encore, 
Malgré l’aurore, 
D’autres orages;
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.