Full text: 5(1924), Janv.-Fév. = Nr. 35 (35)

Jacques porel 
837 
« Il ne prend jamais la vie au sérieux, et la pensée toujours » ou 
encore celle-ci : «Sans doute il ne se sert que de son intelligence, mais 
elle supplée à tout le reste comme les sens limités d'un aveugle.» 
Sindral nous fait entrer véritablement dans l'intimité d'une pensée. 
Sans aucune timidité, il a voulu pousser son entreprise jusqu'à l'extrême. 
Bien lui en a pris. Autrement il échouait, au lieu qu’il a su ainsi, loin 
des expressions coutumières de la sensibilité, de l'instinct, créer une 
atmosphère romanesque dans la nudité même de l'esprit. 
Je connais peu d’œuvres d’imagination où une si petite place soit 
faite à la sensation pure. Sindral ne commence à s’intéresser qu'à la 
perception, et seul, le mécanisme de l'intelligence l’attire pleinement. 
Il parvient à nous entraîner dans ce drame et c'est avec un intérêt 
croissant que nous suivons cette aventure intellectuelle, ce roman du 
cerveau qu’il nous raconte. 
Attirance de La Æort dont la faiblesse essentielle est d’être un défi à la 
vie (mais son but n'est-il pas précisément l'investigation de cet au-delà 
qu’est déjà la pensée humaine?) a le privilège de certains livres, assez 
rares, somme toute, de nous rendre plus intelligents. Ou, du moins, 
de nous ramener dans le plan de l'intelligence en nous donnant la 
bienfaisante illusion d'une marche incessante de l'esprit. 
C’est le livre du corps malade, du corps déchu, au-dessus duquel 
rayonne sans cesse cette lucidité spirituelle si proche de la folie. 
On voit tout de suite le danger couru par un tel ouvrage : il est 
fermé à double tour. Même en faveur de l'amour, cette provisoire et 
vaine démonstration, ne se soulève pas un instant le couvercle de ce 
vase clos. Face à face de deux âmes, pénétration de deux esprits. Pas 
une seule fois, des êtres ne vivent devant nous, ne nous montrent leurs 
nerfs, leurs muscles, leur sang. Nous ne quittons jamais le spectacle de 
leur substance grise. 
Cet hermétisme n’annihile pas en Sindral un don réel d'observation. 
Quand il parvient à s'en échapper, on dirait même que son œil 
n'en est que plus pénétrant. Les deux portraits de femmes que le prieur 
conserve dans sa cellule, sont d’une touche parfaite ainsi que toute la 
description du couvent, de sa règle et de son chef. Par là, Sindral 
consent à être un romancier. 
Ce livre a, enfin, le visage modeste et digne des tentatives élevées qui 
laissent aux recherches plus vaines, par conséquent plus prétentieuses*
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.