Full text: 5(1924), Janv.-Fév. = Nr. 35 (35)

MARCEL ARLAND 
339 
A La Dérive marque un progrès très net de Soupault dans le 
métier de romancier ; l’action en est rapide, pressée, le récit toujours 
intéressant ; peu de longueur ; la phrase est brève et nerveuse ; c'est 
un perpétuel jaillissement ; voici un livre qui n’est jamais vulgaire. On 
y trouve un des deux éléments d'un grand roman : un caractère original 
et pourtant représentatif. Il y manque le second : une intrigue puis 
sante, où ce caractère nous séduise et s’affirme sans s’éparpiller. 
Peut-être apparaîtrai-je bien théoricien ; depuis quelques années, c'est 
devenu une mode, de négliger le sujet, le drame, de s’en moquer, de ne 
juger digne d'estime que les livres qui s'en passent. Je ne nie pas que 
certains de ces livres n'aient leur charme ; mais ils l'ont malgré l'ab 
sence du sujet, non pas à cause d'elle ; et s'il nous intéressent, ce n'est 
pas au titre de romans. Or l'évolution suivie par Philippe Soupault 
depuis ses premières œuvres jusqu’à celle-ci montre clairement que, 
même en acceptant ces règles grâce auxquelles un roman donne toute 
sa force, il conservera son originalité. 
Ce n’est pas à dire que le roman ait sa formule ne varietur ; il est 
devenu aujourd'hui le moyen d'expression le moins imparfait; sa 
souplesse le rend apte à dépeindre les pires violences comme les 
scrupules les plus délicats; il est un miroir et un moyen d'action, une 
distraction et une nécessité ; le vingtième siècle est le siècle du roman. 
Mais autant de romanciers, autant de conceptions différentes du 
roman; il y faut un minimum de règles : sont-elles observées, c'est alors 
qu'on voit apparaître de nouveaux visages, tout aussi naturels que 
ceux auxquels nous étions accoutumés, mais particuliers et plus émou 
vants peut-être, car nous n’en soupçonnons pas la possibilité. Je ne 
serais pas étonné que Philippe Soupault reculât ainsi les limites du 
roman. C’est parmi sa génération l’un des deux ou trois esprits les plus 
remarquables, un de ceux chez qui le lyrisme n'a pas supprimé la 
lucidité. 
Marcel ARLAND,
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.