Full text: 5(1924), Janv.-Fév. = Nr. 35 (35)

342 
LITTERATURE ET CRITIQUE 
LITTÉRATURE & CRITIQUE 
L'ART ÉT LA FOLIE, par Jean Vinchon, (Librairie Stock.) 
Nul n’était mieux qualifié que le docteur Vinchon pour traiter un 
tel sujet et cependant, il semble, en maints passages de son petit livre, 
par ailleurs fort intéressant, avoir échappé de précieuses notations. 
Le parallèle entre l'art et la folie est plutôt esquivé. Toutefois il y a 
des chapitres pleins d’observations, notamment celui qui étudie “ l'art 
pathologique dans diverses formes de folie ”. 
Il est évident qu’il existe parfois une troublante similitude entre l'art 
et la folie et notre époque qui a connu les soubresauts du cubisme, du 
futurisme, du dadaïsme, de l’expressionnisme peut revendiquer la pre 
mière place. Il est évident encore que certains poëmes de Tristan Tzara, 
certaines proses de Picabia, certaines toiles de Max Ernst ont l’air de 
relever bien plutôt du neurologue que du critique d’art. Les productions 
des deux premiers s'apparentent aux tentatives de panaroïaques et la 
peinture de Ernst est très près de celle qu'exécutent à Bethleem, en 
Angleterre, les fous discordants. 
Ainsi que le fait remarquer le docteur Vinchon, c’est sur le terrain 
de l’automatisme psychique que se rencontrent l'art et la folie. La diffé 
rence est que l’on subit cet automatisme alors qu'au contraire l’artiste 
se le crée. Mais il y a lieu de se demander si, parfois le domaine de 
la poësie pure dont il est toujours délicat et dangereux de parler, n'est 
pas ce domaine mystérieux et réprouvé qui fait mépriser par le vul 
gaire les grands poëtes que nous aimons. Je vous appelle : Rimbaud,
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.