Full text: 4(1922), Août-Septembre = Nr. 28 (4(1922), Août-Septembre = Nr. 28)

■5" 
— 
240 ANDRÉ SALMON 
— La neuvième? Celle de Kambirsky! Vous avez connu Kam- 
birsky? 
— Père, fit doucement Mêla appuyée, posée plutôt, comme une 
cdlombe, sur le dossier du fauteuil historique, vous ne croyez pas que 
Kambirsky, c*était plutôt à Londres? 
— A Londres? Ou à Barcelone, tu as parfaitement raison, petit 
cœur. 
— Décidément, il est gâteux. 
— Et depuis quand, je vous prie. Monsieur le jeune homme, n’êtes- 
vous plus des nôtres? Depuis que vous représentez ce grand journal? 
— Depuis la guerre. 
Mêla baissa les yeux à surprendre le voyageur. L’œil unique du vieil 
lard étincela de joie, mais les mains traçant des signes désolés avaient 
appris à l’hote à ne s’y pas fier. Il y eut un silence. L’ange passé, le 
vieux, possédé d’excédante jovialité, articula avec un horrible accent : 
— La querre fous a gonferdi. 
— Non, je n’aime pas la guerre; j’aime la logique. 
— En vérité, non, vous ne répondez pas comme un juif. Est-ce qu’il 
ne t’est pas énormément sympathique, Mêla? Monsieur, je ne vous offre 
pas de bière, nous vivons en des temps d’inconcevable misère. On a osé 
proposer à ma Mêla d’entrer dans une espèce de quadrille, à condition 
de se donner pour une comtesse russe. 
A nouveau, son rire terrible emplit la pièce que la nuit gagnait; pas 
assez pour que Lionel ne s’émût point à voir rougir Mêla, et le vieillard 
grogna : 
— Vous êtes un tout à fait charmant Français, si énormément sym 
pathique ! 
L’œil unique eut des gaîtés nouvelles, et Hans Macke dit : 
— Curieuse chose, et tellement de France! Vous avez entamé 
contre nous (et il était puissamment allemand, « à commander le res
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.