Full text: 4(1922), Août-Septembre = Nr. 28 (4(1922), Août-Septembre = Nr. 28)

LE DOUANIER ROUSSEAU 
251 
LE DOUANIER ROUSSEAU 
Le soleil qui dort dans un litre de vin, la gloire qui pend aux refrains 
des chansons populaires, le dieu qui marche sur les champs de blé, et la 
vie qui tient dans ses mains la naissance du matin, et la mort du soir, 
brillent au bout des pinceaux. 
Un peintre joue du violon, entouré d’amis : Mme Bourges, la frui 
tière du coin, M. Louis Leblond, le serrurier, sa dame, ses demoiselles. 
Je ne les connais pas tous. 
Aux murs, des tableaux, dont un coin, éclairé par la lumière trop 
crue du gaz, représente un tigre, une maison, la Seine, un tas de sable. 
M. Henri Rousseau, artiste peintre, professeur des Cours Philo 
techniques de la Ville de Paris, reçoit dans son atelier, 2 bis, rue 
Perrel (14*), dans la rue Vercingétorix. 
Le charmant homme qui a accueilli chacun des invités en souriant 
dans sa barbe, est vêtu de noir pour la circonstance. Il a dessiné de 
beaux programmes polycopiés en rouge et en violet sur de la gélatine.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.