Full text: 4(1922), Août-Septembre = Nr. 28 (4(1922), Août-Septembre = Nr. 28)

MOGANNI NAMEH 
271 
Vieux cœur, ridé et fatigué, tourmenté et profond, calme comme la 
Mort, Océan de jadis! 
O visage assombri! 
O vieux cœur éreinté, Océan de malheur, Océan médiéval! » 
Puis il s’habilla gaîment, et, en buvant le thé matinal et chaud, il 
écrivit à son amie : 
(( Olympie! — La nuit, mon lit est soulevé par des vagues d’insom 
nie. Mon esprit fatigué vogue au loin sur la mer. Les ciels tournent, 
des nuages menaçants passent, des éclaircies aurorales pleurent, des 
crépuscules ensanglantés dégringolent. Et, toujours, je vogue vers je 
ne sais quel état de béatitude — où, tout à coup, ton visage monte, 
comme une constellation au ciel tropical de mes rêves. Tandis qu'au 
loin des tonnerres sourdement roulant, au milieu de l’immensité mou 
vante des eaux et de l’immensité fuyante des nuages, nos mains s’agrip 
pent, notre étreinte nous unit fixement, — et tout, autour de nous, 
s’écroule. 
Pourtant, je suis un peu triste. 
Je te vois, comme une Ophélie pâle, planer et voguer sur les flots. Tu 
es vêtue d’un froid rayon de lune; ta robe pétille, scintille dans l’eau 
saumâtre. De tes mains, tu effeuilles la rose ardente de notre amour 
et les pétales tombées laissent une traînée crépusculaire de sang. 
Es schlürft der Sonnenwein das Meer, am Abend. Platen. 
Te souviens-tu?... Et c’est aussi ce que me disent mille voix : « Te 
souviens-tu? » 
L’atmosphère est troublante et j’ai peur de la fièvre. Un crépuscu 
laire tableau de Giorgione me hante, où le soleil couchant souille la 
lame ensanglantée d’un glaive. Une femme livide le tient à la main, 
ce glaive, et son pied est posé sur le chef décollé d’un homme... Salomé?... 
Judith ?....
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.