Full text: 4(1922), Août-Septembre = Nr. 28 (4(1922), Août-Septembre = Nr. 28)

% 
] ! 
) 
278 
BLAISE CENDRARS 
II 
sur du papier, noyaux nébuleux, de futurs poèmes; laissait les autres 
s’évanouir... 
Tant d’images l’accablaient. Il jeta sa plume... 
C’est une grande jouissance que de travailler à une écriture satisfac- 
toire, c’est la volupté la plus forte. Mais, étrange, cela aboutit à la 
plus grande tristesse, à la désolation la plus complète. Les accords de 
la Marche funèbre de Chopin rugissaient, vivants, dans son être, et le 
poussaient à des gestes incongrus. Il sautait par la chambre, renversait 
les meubles, voulait enfoncer les parois; jusqu’à ce qu’il s’effondra, 
au pied du mur, le front fendu, le dos brisé, la conscience morte. 
C’est ainsi qu’il calmait ses esprits. 
(A suivre.) 
Biaise CENDRARS.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.