Full text: 4(1922), Août-Septembre = Nr. 28 (4(1922), Août-Septembre = Nr. 28)

280 
ANDRÉ LHOTE 
s’émouvoir outre mesure, lorsque l’on est peintre, de 
l’énorme monument qui se dresse en face d’Elle, contre 
Elle, et qui est la somme des conventions que les hommes 
ont inventées, depuis qu’ils ont manié pinceau, ébauchoir 
et compas. 
J’ai plaisanté jadis sur les soins dont on entoure 
Dame Nature, comme si Dame Peinture, sa rivale, ne méri 
tait pas d’aussi ardents hommages. Sur la plage d’où j’é 
cris en ce moment, mille tritons s’agitent ; ils ont bien 
mangé ce matin ; ils recommenceront ce soir ; pour peu 
qu’ils fassent l’amour de temps en temps, je considère 
qu’ils sacrifient suffisamment au culte de la Nature. Com 
bien parmi eux sont capables de sacrifier au culte de la 
Peinture ? Ces derniers soins me semblent beaucoup plus 
difficiles à assurer que ceux que j’énumère plus haut ; ils 
impliquent, en effet, en plus d’un œil habile à distinguer 
les objets, une connaissance de l’histoire de l’art, une pra 
tique des musées, et une divination des possibilitée plas 
tiques renfermées dans les objets, toutes choses qui ne 
sont pas à la portée du vulgaire Sans entrer dans des 
détails qui nous entraîneraient trop loin, et qui nécessite 
raient une analyse sérieuse et appliquée, on peut cepen 
dant s’interroger au sujet de ce fameux « respect de la na 
ture » que nous recommandent tant de critiques soucieux 
de notre salut. J’ai lu pas mal d’ouvrages écrits par des 
peintres célèbres (au temps où les artistes avaient le droit 
d’écrire) — ou par des hommes dont l’unique souci était 
de rapporter leurs propos. Tous ces personnages éclairés 
donnent invariablement de notre art la définition suivante : 
« La peinture est limitation de la nature ». JVLais une 
fois en paix avec leur conscience, grâce à cette affirma 
tion sommaire et, en quelque sorte, rituelle, leur soin le 
plus pressé est d’énumérer les règles grâce auxquelles
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.