Full text: 5(1923), Nov.-Déc. = Nr. 34 (34)

TRISTAN TZARA 
249 
loin, au cours de ce récit, ce qui me retint dans cette mare de languis 
sante animalité. Des événements corrosifs attaquaient le métal propre 
de mes jours. Dans tout autre endroit, ils n’auraient été que des plaisirs 
un peu singuliers, ici ils devenaient des passions qui faisaient d’impor 
tantes ratures dans ma façon de vivre; ils ont écrasé, broyé ce que je 
croyais de verre dans ma sensibilité, ou suscité une opposition féroce 
et une puissance anormale dans les actes contraires à ma nature. L’in 
sistance de ces coups qui me poursuivaient me devint bientôt familière, 
et j’arrivai sans peine, inconsciemment, à me construire une vie fausse 
d’abus, de défaillances, de déguisements et d’alarmes. 
Les jours appuyaient alternativement sur les pédales de ma carcasse. 
Les jours aux poings fermés. Je les ai épinglés sur les rides de quelque 
fleur équivoque. De temps à autre, je tressaillais et m’enroulais sur moi- 
même, bobine de serpents frileux. Pourquoi ai-je passé tant d’années 
dures comme le cuir, lourdes dans leurs os de fer, vides et moroses, dans 
cette ville serrée par un corset de malheur? 
L’index tendu d’une main suspendue me montrait la direction, et des 
lettres sonnantes de castagnettes sèches écrivaient : « Attention » sur le 
bout de mes veines. 
0 
Ce fut d’abord le désir de ne pas être seul à s’ennuyer qui fit que 
mon ami insista avec une force de séduction et d’artifice singulière 
pour que je restasse. Il fit jouer devant moi, dans un cadre de goûts char 
nels, les avantages d’une vie intellectuelle qui, au point de détresse où je 
me trouvais, me semblait encore une occupation honorable. Et, en effet, 
l’hiver projeté en vitesse dans ce cinéma en retard où l’obscurité nua 
geuse des rues alternait avec celle des boutiques de curiosités dans les 
insectes chétifs qu’étaient mes yeux, j’eus le bonheur, assez rare, paraît-il, 
d’assister au brusque tournant d’une page qui me révéla la surprise 
d’un printemps hardi, large, familier, somptueux. Il y eut alors le soleil
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.