Full text: 5(1923), Mai-Juin. = Nr. 32 (32)

ANDRÉ SALMON 
77 
l’Institut de Critique « Paul Souday » qui formera ainsi, avec ses solides 
bâtiments, un groupe très animé. 
Notre cher quartier compte déjà un grand nombre d’écoles : l’Ecole 
Unanimiste, l’Ecole du Système métrique appliqué à la Poésie romane, 
l’Ecole d’Optique, métaphysique et critique, l’Ecole de Compagnie, 
l’Ecole des Ingénieurs dialecticiens, est-ce que je sais moi. C’est magni 
fique! Ainsi notre quartier devient-il peu à peu le Quartier des Ecoles. 
Quelle ressource pour la Piscine ! 
Passons maintenant au chapitre des Revendications. 
Les quartiers de la périphérie sont sacrifiés. Pourquoi? Sacrifiés à 
ceux du centre qui représentent la fortune de la capitale parce qu’ils 
représentent, eux périphérie, la pauvreté de cette capitale. C’est une 
injustice. Flagrante! 
C’est pourquoi je réclame : 
Des fêtes! 
Mais quelles fêtes? 
Des fêtes populaires? Ouiche! Mon petit monsieur, passe-moi l’expres 
sion, mais c’est proprement se foutre du peuple ! 
Que veut le peuple? Des fêtes mondaines. Ecrivez, vous pourriez 
l’oublier. 
Aussi bien les opulents quartiers du centre ont-ils donné l’exemple à 
rebours pour ainsi dire. Comment? Vous ne lisez donc pas les journaux? 
En organisant dans leurs salons des bals de barrière. Vous êtes trop averti 
pour ne m’avoir pas déjà compris. 
Ici, M. de Godiveau se leva, très ému, très pâle, avala un grand verre 
de vin et, agitant dans l’espace une main comme une palme, il articula, 
soudain très rouge : 
— Leur premier bal d’apaches, citoyen, ce fut leur seconde nuit du 
4 août! 
Dites encore que je veux une transformation radicale des écoles mater 
nelles. Mais ça, c’est une surprise que je vous réserve. 
André SALMON
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.