Full text: 5(1923), Mai-Juin. = Nr. 32 (32)

90 
FAITES VOS JEUX 
colline, la bosse était l’œil du paysage. Le train passait devant notre 
maison, fer à repasser la lingerie de luxe des grandes végétations; 
la végétation en fiches de bibliothèque fouettait le vent avec des 
bruits d’appareils Morse. Que voyait-on sur le rideau d’en face étendu 
comme un bel horizon de dentelles et de cumulus? Une chèvre rapide 
ouvrant le tunnel du vide qui respire ses zigzags de bonne volonté. 
« N’exagérons rien. Tu as peur. La tempête passera. Les vibrations 
électriques que tes seins en relief communiquent aux regards véritables 
de la peau, belle fille d’aquarium, n’allumeront jamais ce que tu penses 
l’après-midi d’été, l’ennui bourdonnant dans tes oreilles. J’ai des casiers, 
dés bouteilles vides, des pages blanches dans mon cerveau arrière-bou 
tique d’imprimerie que tu peux emplir de poteaux indicateurs. Si tu 
veux placer des coquillages, j’habite en monogramme enlacé dans mon 
cerveau, je travaille à domicile. » Des variations de fièvre pour couvrir 
avec des mots et des images le bruit qui nous dépasse. 
« Réfléchissez, me® chers enfants, à ce qui vous arrive. Ni fortune, 
ni économies, ni mobilier », lui avait dit sa mère lorsqu’elle dut quitter 
Paris. 
La fourchette de l’éclair errait maintenant au-dessus de la petite ville 
et cherchait sa maison. Elle la soulèvera, s’anéantira; nous perdions 
nos têtes dans le bruit. L’indécision nous frappait d’étincelles angois 
santes. Je pensais à des artères, seul mot que je pouvais formuler dis 
tinctement dans la vision fugitive d’une planche anatomique accrochée 
en lambeaux à quelque clou abandonné de ma fantaisie. Sur les vitres, 
la lumière faisait des signes de croix pour remettre à flot la significa 
tion échouée de mon état sans bornes. 
Emmitouflés dans l’ombre de la chambre, nous mettions en marche 
les jouets de nos sentiments ; Entre vous et moi, notre sécurité. Je vais 
vous déshabiller tranquillement. C’est la saison des émigrations lentes, 
l’œil blanc, la crinière des rubans au vent. Pendant ce temps, je lui
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.