Full text: 5(1923), Mai-Juin. = Nr. 32 (32)

130 
POÉSIE 
SIX POÈMES CHRONIQUES, par Marcello Fabri. 
(Povolozki, édit.) 
Je fus prié de rendre compte du livre de M. Marcello-Fabri. C’est 
un livre de poèmes. Je connais peu la poésie, moins encore M. Fabri. 
Mais le livre était de si belle apparence, et si grand mon désir d’en 
bien parler, qu'un de mes amis (ce n’était pas M. Romains) consentit 
à me donner quelques leçons. Voici notre entretien. Je n'ai visé qu’à le 
rapporter fidèlement. Que si l’on y découvre certaines naïvetés, on 
voudra bien considérer le jeune âge de l’auteur, et sa bonne volonté. 
Moi. —• Qu'est-ce que la poésie? 
— Cela dépend des poètes. 
— Qu'est-ce qu'un poète? 
— Cela dépend des critiques. Le premier trait d’un poète est d’être 
original ; le second d'appartenir à une école et d’avoir des théories ; 
un autre encore, de ne pas savoir écrire en prose. 
— M. Fabri par exemple... 
— En principe il y a autant d’écoles que de poètes; au vrai, quel 
ques-unes en moins. Une école se compose d'un chef d'école et d’une 
théorie ; plus tard viennent les disciples, parfois même les poèmes. 
J'allais oublier le nom de l’école; c'est par là qu’on la reconnaît 
d'abord. 
— A quelle école appartient donc M. Fabri? 
— Des écoles de poésie, je ne vous citerai que les plus dignes d'in 
térêt. Au premier rang les fantaisistes. Ce sont des hommes char 
mants, je ne l’entends pas seulement de l'esprit. Ils ont connu et 
apprécié toutes choses, et cette merveilleuse expérience ne les a point 
alourdis. Retrouvant la sagesse primitive, ils ont compris presque 
sans effort que tout se résumait en une pirouette. Mais une pirouette
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.