Full text: 5(1923), Mars-Avril = Nr. 31 (31)

12 
TRISTAN TZARA 
—— 
remets à plus tard, quand ce me sera plus facile, le désir de m’exprimer 
selon ma volonté, sincèrement, sans ménagements, dans toute la clarté 
dont je supporte les conséquences. C’est la peur d’une rupture préma 
turée qui me fait agir ainsi et pourtant je ne connais pas de souffrance 
plus aiguë dans sa subtilité que celle de rester près d’une femme sans 
rien lui dire. Des cascades de pensées, absolument inutiles en l’occur 
rence, des gammes laiteuses de zébrures obliques se succèdent avec 
une rapidité exagérée. L’assonance des mots imaginaires nourrit des sens 
apparemment logiques et les images entremêlées de vitesse et de préci 
sion — des débris de chair et de terreur dans une région de débâcle — 
semblent avoir plus d’intérêt, maintenant que j’écris, qu’elles n’en avaient 
en réalité. Cela doit tenir à l’ingénieuse préoccupation que vous donnent 
les objets disparus. Le souvenir d’une maladie qui avait mis sa miain 
massive sur les stations de ma jeunesse joue à ces heures un rôle doulou 
reux et captivant; même surgi comme une seule note faible au piano, il 
suffit à dissiper mon attention. C’était en été et j’allais à la campagne 
quand, brusquement, je fus pris de vertiges violents. Le médecin ne put 
me prescrire que du bromure, dont je gardais une habitude transformée 
bientôt en plaisir abrutissant, sans que mon mal disparaisse. 
Les vertiges durèrent un mois. 
C’est à cette époque que j’ai commencé à écrire. 
L’envie de savoir si je pouvais transcrire, avec la même vitesse, ce 
qui tombait, roulait, s’ouvrait, volait et se continuait dans ma tête, me 
décida. Un simple exercice technique de cœur dévalisé. Je ne réussis pas 
et me rendis compte que les mots n’apparaissaient qu’à de rares inter 
valles, baignés dans une obscurité dissimulée, liquide et ondoyante. Des 
cellules entremêlées, remplies et vidées, remplies et vidées, remplies et 
vidées. Dès que les vertiges eurent définitivement cessé, une virilité 
diabolique s’empara de mes organes. A ma stupeur, elle me parut iné 
puisable et se manifestait, autonome et parallèle, à table, pendant la
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.