Full text: 5(1923), Mars-Avril = Nr. 31 (31)

LE ROMAN 
57 
J'ai, à propos de ce roman, entendu prononcer le nom de Marcel 
Proust. Proust fut un tel maître de l’analyse que tout livre d'observation 
en profondeur, paraîtra pendant longtemps encore plus ou moins rele 
ver de lui. A vrai dire il n'y a aucune influence réelle de Proust sur 
le Diable au corpé, mais plutôt sur notre façon de juger les livres qu’on 
nous soumet, en nous obligeant à retrouver partout sa trace même là 
où elle n'est pas. 
Me suis-je trompé en y voyant plutôt les empreintes spirituelles de 
Dostoievski, d'André Gide ? 
Il est difficile de classer ce roman ‘dans la production contem 
poraine. Il diffère autant de la bonne que de la mauvaise. 
Il nê faut pas se laisser égarer par des définitions aujourd'hui 
suspectes ; tradition, classicisme. Il y a pourtant des familles de romans. 
Le Diable au corpd se rattache à celle où se sont déjà groupés : Daphnis 
et Chloé, la Princesse de Cleves, Adolphe. 
Beaucoup d'écrivains modernes donnent une importance prépondé 
rante au style par un tour brillant, original et un pittoresque qui se 
justifient dans la complication toute extérieure de la vie actuelle. Le 
Diable au corps s'écarte de cette manière ; ses [mérites sont ceux de 
l'équilibre, de la tenue, de la simplicité du ton. Tous les effets sont 
intériorisés. La façon de raconter s’efface. L'expression reste en deçà 
de l'idée, de l'émotion. Grâce à cette nudité, devant nous deviennent 
plus manifestes les états d’âme, les mobiles profonds et secrets de nos 
actes, tout le mécanisme intérieur de l’homme. Ce roman est en cela 
conforme à une certaine ordonnance traditionnelle. 
Le Diable au corps est composé avec une méthode et une clarté qui 
ne laissent rien à désirer et qui, par un mérite supplémentaire et singulier, 
ne s’installent pas en évidence. 
11 est d'une écriture simple et nette où l’image peu fréquente ne 
vient qu'à bon escient, pour enrichir la forme, jamais pour l'alourdir. 
Il fallait, je crois, dans les Feuilles Libres où parut il y a un an le 
premier extrait du Diable au corpà, rendre un hommage consciencieux à 
ce roman, le plus personnel, un des mieux faits de la production récente, 
celui que je vois déjà bien à sa place et prêt pour l'avenir. 
Jacques POREL
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.