Full text: 5(1923), Mars-Avril = Nr. 31 (31)

MAURICE RAYNAL 
63 
(1) A propos de son Exposition à la Galerie Simon, 
LES ARTS 
JUAN GRIS 
ET 
La Métaphore plastique (l) 
L'impossibilité pour le langage pictural d'exprimer tous les états de 
la sensibilité plastique sous des aspects exactement différents oblige 
l'artiste qui veut les extérioriser à recourir à des analogies, des approxi 
mations nécessitées par un vocabulaire insuffisant. Et c'est alors qu'il 
est tenu de mettre à contribution cette notion de comparaison dont 
l'homme ne saurait se passer, et, plus spécialement parce qu’il s'agit 
d'un artiste, cette comparaison d’une essence plus lyrique, plus inventive, 
qu’est la Æétaphore. 
Par métaphore plastique il faut entendre le résultat d’un effort 
de pure imagination, puisque, comme l'on sait, et à l’encontre de la 
simple comparaison, la métaphore ne compare pas seulement mais tire 
de l'affinité des relations de certains objets un objet essentiellement 
nouveau doué d’une existence propre encore que rattaché comme par 
des liens de sang aux éléments qui le conditionnent. De ce fait, la 
comparaison est ouvrage de dictionnaire, mais la métaphore est l’œu 
vre crée ; la première est un amas de pierres, la seconde la maison 
construite. 
Qu'il s’agisse donc de la portée de la guitare ou des cordes du
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.