Full text: 5(1923), Mars-Avril = Nr. 31 (31)

MAURICE RAYNAL 
65 
sources nécessaires pour en construire un troisième. Mieux encore la 
catacbréde autorise des audaces plus libres encore; c’est ferrer d’argent 
une monture, ou se tenir à cheval sur un âne, procédé identique à celui qui 
fait dire au poète vêtu de probité candide et de Lin blanc. Comme on le 
voit, le principe est toujours identique, seule l’imagination varie lyrique 
ment des trouvailles plus ou moins heureuses. 
Or, pareillement, lorsque Juan Gris dans le domaine plastique estime, 
sur l’injonction de son imagination que plusieurs groupes d’éléments 
parallèles sont nécessaires à l’harmonie générale de son tableau, il 
n’hésite pas, à répéter la même idée plastique en termes différents : et 
si conformément aux moyens de la rhétorique, l’aile de l’oiseau 
devient celle du moulin, les lignes de la portée seront les cordes de la 
guitare. 
Enfin reconnaissons qu’il ne s’agit pas ici de la phraséologie du 
gongorisme. Noble tendance à la description linéaire, mais bien cons 
truction plastique, et le sens poétique de Juan Gris est beaucoup plus 
humain que celui de Yedtilo culto parce que parti de données plus pro 
fondément sensibles. Ce n’est, en effet, qu'après avoir imaginé sa 
métaphore que Juan Gris lui fait subir les préparations, mécaniques si 
l’on veut, que le technicien plastique le plus sûr de l'heure actuelle qu’il 
est incontestablement étudie, agence, coordonne et exploite. Par consé 
quent ni orismologie, ni terminologie, encore moins stylisation. Attaché 
de par son instinct au renouvellement constant des données de son 
imagination il se garde bien de prendre certains de leurs résultats pour 
bases d’œuvres nouvelles. La forme donnée par lui à telle métaphore, 
à tels rapports de volumes rapprochés ou éloignés n'est jamais conférée 
aux éléments du tableau à priori mais bien à la suite des développe 
ments nécessités par la composition de l’œuvre. Et si j'ai rappelé les 
relations qui unissent la conception des métaphores plastiques et poé 
tiques chez Juan Gris ce n’est pas seulement pour signaler une curieuse 
coïncidence entre les procédés communs aux deux moyens d’expres 
sion, mais aussi pour souligner que l'œuvre de l’artiste vue sous cet 
aspect particulier est étrangère à tout esprit de singularité, d’affec 
tation, de préciosité ou d'inconsidération et que l'ange du bizarre n'est 
pas son gardien. 
Maurice RAYNAL.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.